L'homme qui avait menacé, en juin dernier, de tuer les fidèles d'une mosquée de Lille a été jugé le mardi 25 octobre au tribunal judiciaire de Lille. Le prévenu, Jonathan Dhe, âgé de 23 ans, de nationalité française, a été condamné à 8 mois de prison ferme pour apologie du terrorisme et menaces de mort.

L'affaire remonte au mardi 21 juin, à la suite de la diffusion d'une vidéo sur les réseaux sociaux. Un homme, qui filme la mosquée de la rue de Marquillies à Lille-Sud depuis un parking, dit vouloir y commettre un attentat et tuer les fidèles musulmans. « C'est là, là c'est la mosquée. C'est une petite mosquée, mais le vendredi, il y a du monde, il y a moyen de tuer une bonne vingtaine de personnes », peut-on entendre. « Je vais voir s'il n'y a pas de musulmans devant ou quoi. Par Allah, je vais tous les tuer », ajoute la même voix.

L'auteur de la vidéo est Jonathan Dhe, un jeune français âgé de 23 ans. Il a été arrêté à son domicile  par la police et placé en garde à vue dans la matinée du jeudi 23 juin. L'affaire avait suscité une vague d'indignation chez la communauté musulmane de France. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait également réagi dans un tweet en qualifiant cette affaire  de « grave » et a remercié les forces de l'ordre pour leur « réactivité ».

Le prévenu déclare aux juges qu'il était sous l'emprise de l'alcool

Lors de son procès qui s'est déroulé le mardi 25 octobre au tribunal de Lille, le prévenu a déclaré aux juges qu'il n'a rien contre les musulmans et qu'il avait proféré les menaces contre la mosquée sous l'emprise de l'alcool. Une explication qui a fait réagir la procureure. « Il est intolérable que des gens se sentent menacés pour leur religion, leur couleur de peau… par des gens tels qu'un monsieur Dhé, bourré derrière son téléphone », lance-t-elle selon les propos rapportés par La Voix du Nord.

Après délibération, le tribunal correctionnel de Lille a condamné le prévenu à 8 mois de prison ferme avec mandat de dépôt et un suivi sociojudiciaire de 3 ans. Jonathan Dhe a également été condamné à une interdiction de port d'armes de 5 ans, à l'interdiction de s'approcher de la mosquée qu'il avait menacée et à payer la somme de 3800 euros aux parties civiles.