Sebta (Maroc) ou Ceuta (Espagne) forme avec Melilla, deux enclaves espagnoles situées sur la côte méditerranéenne du Maroc. Ces deux villes sont au centre d'un conflit latent entre le Maroc est l'Espagne. En effet, le Maroc veut retrouver sa souveraineté sur les deux enclaves et l'Espagne ne veut pour l'instant rien lâcher. Cependant, certains affirment que l'amélioration des relations entre les deux royaumes est un prélude à une solution définitive pour le statut des deux villes, à cheval sur la ligne de “fracture” Nord-Sud. 

En effet, l’expert en renseignement, Fernando Cocho, a déclaré avoir découvert dans des rapports l’existence d’un accord entre le gouvernement espagnol et le Makhzen pour établir une sorte de co-souveraineté sur Ceuta et Melilla d’ici 2030. Il rejoint ainsi plusieurs analystes qui abondent dans le même sens pour solutionner définitivement ce conflit hispano-marocain, un poison qui agit lentement sur les relations entre les deux pays.

Ainsi, Fernando Cocho a assuré, dans un entretien accordé au journal SER, de l’existence de ce document qui établit un statut spécial aux deux villes autonomes d’ici 2030-2032. Il explique qu' "un dialogue politique est nécessaire, car le Maroc n’appartient pas à l’Union européenne. Mais avec un traité spécial, cela devrait passer. Et comme le Maroc est un allié stratégique des Etats-Unis, de la France, du Royaume-Uni ou de la Russie, il faudrait voir comment ce statut serait élaboré".

Le Maroc et l'Espagne auraient convenu d'un statut spécial pour Ceuta et Melilla

Cet expert connu pour sa profonde connaissance des relations bilatérales entre les deux pays ajoute dans l'entretien qu' "une co-souveraineté, c’est un statut spécial, un territoire spécial ou un territoire annexé d’une manière spéciale. Ce sera quelque chose de politiquement convenu. Cela n’a rien à voir avec la citoyenneté. […] Les intérêts expansionnistes du Maroc ne concernent pas seulement l’Espagne, Sebta et Melilla ou les îles Canaries. En fait, ils concernent aussi la moitié de l’Algérie et toute la Mauritanie. Ce sont des choses qui se font très lentement".

Il faut dire que le dossier de ces deux enclaves est revenu ces derniers jours sur la scène politique. Le royaume chérifien avait affirmé qu'il ne partageait par de frontière terrestre avec l'Espagne, revendiquant indirectement la souveraineté sur les deux enclaves. A cela, l'Espagne a rétorqué que ces deux villes sont espagnoles et le resteront.