Le roi Mohammed VI du Maroc, qui a annulé son voyage en Algérie où il devait participer au sommet de la Ligue arabe du 1er au 2 novembre, lance un nouvel appel au dialogue. En effet, le roi marocain a invité le chef de l'État algérien Abdelmadjid Tebboune à « dialoguer » au Maroc. Cette invitation, selon le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita, est une occasion de rattraper celle ratée lors du sommet de la Ligue arabe.

Mohammed VI, qui avait fait part ces derniers jours de son intention de se rendre à Alger, où il avait été convié en tant que chef d'État du Maroc par Abdelmadjid Tebboune[1]Le ministre de la Justice au Maroc pour remettre l'invitation de Abdelmadjid Tebboune à Mohammed VI, ne s'est finalement pas déplacé[2]Le Roi Mohammed VI ne participera pas au Sommet de la Ligue arabe à Alger. Une défection expliquée par le ministre marocain Nasser Bourita par certains détails qui restent à vérifier.

En effet, selon ce ministre, « aucune confirmation n'est venue (de la partie algérienne) à travers les canaux disponibles » après que la délégation marocaine à Alger s'est enquise des dispositions prévues pour accueillir le souverain chérifien. Le chef de la diplomatie marocaine a déploré qu'il n'y ait « pas eu de réponse via les canaux appropriés ». « Sa Majesté a donné ses instructions pour adresser une invitation ouverte au président Tebboune, puisque ce dialogue n'a pas pu avoir lieu à Alger », déclare donc Bouarita, passant ainsi la balle du côté algérien.

Cependant, il faut souligner que cette invitation a peu de chances d'aboutir. Le sommet de la Ligue arabe se déroule toujours et l'invitation peut être perçue comme une tentative d'incriminer Alger quant à l'absence du roi marocain. Or, il faut souligner que pour un dialogue sérieux, choisir un lieu spécifique ne rentre pas dans les us diplomatiques. Il faut aussi souligner que le ministre algérien des Affaires étrangères s'est aussi exprimé sur l'absence de Mohammed VI au sommet d'Alger. Ramtane Lamamra avait regretté, le 31 octobre, une « occasion perdue ».