La France reste l'un des pays où la bureaucratie est toujours présente. Le pays a d'ailleurs été récemment épinglé pour ses lourdeurs administratives et où les formalités pour les étrangers, tous les étrangers, sont les plus lourdes et les plus complexes. Elle est au même niveau que le Japon, qui est un pays qui ne reçoit presque pas d'étrangers.

En effet, pour régulariser sa situation en France, un étranger doit impérativement passer par la préfecture. Pour y arriver, il doit avoir un rendez-vous et c'est là que le parcours de combattant commence.

Pour ces étrangers, la perspective du rendez-vous en Préfecture est toujours angoissante. En effet, même si le temps des longues queues dans les préfectures est révolu depuis que des systèmes de prise de rendez-vous ont été mis en place, la situation ne s'est pas vraiment améliorée. Des changements ont été apportés et la prise de rendez-vous en préfecture est obligatoire et se fait par courrier, par téléphone ou en ligne, immédiatement. Cependant, ces nouveaux moyens ne facilitent la chose qu'en théorie.

Sur le plan pratique, les choses sont beaucoup plus compliquées. Si vous tentez l'expérience, vous allez vite déchanter. Vous devez commencer par sélectionner des écrans et passer d'étape en étape. Cependant, en avançant, vous allez vous rendre compte que cette démarche n'est pas du tout simple. Et puis, vous allez tomber sur une icône qui vous informe que vous êtes sur le « point d’accès numérique pour les étrangers ». Il s'agit de deux antennes où les étrangers peuvent se rendre pour réaliser leurs démarches en ligne, avec une assistance. Donc la numérisation de ce service n'est au fait que de la poudre aux yeux ; vous avez toujours besoin d'assistance.

Les demandeurs de visas pour la France face au mur bureaucratique

Cette situation n'est pas seulement valable pour les titres de séjour. Les demandeurs de visas pour la France subissent également ces lourdeurs. En effet, en plus de la difficulté de trouver un créneau pour déposer sa demande, le dossier à fournir est très volumineux et les motifs de refus sont souvent aberrants.

Il faut tout de même faire remarquer que pour la prise de rendez-vous[1]Rendez-vous visas en Algérie : TLS contact épinglée par un sénateur français, deux autres moyens existent. Vous pouvez téléphoner et la durée d’attente n'est pas déterminée et peut prendre beaucoup de temps. Vous pouvez encore envoyer un courriel, et vous devez patienter pour avoir une réponse. Il faut dire que ces lourdeurs ont amené la Cour des comptes à épingler la préfecture de Paris[2]Préfecture de police de Paris : la charge de la Cour des comptes, Les Échos.