Moins de 24 heures après son agression sur un youtubeur algérien dans un stade au Qatar, le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o, a publié mardi 6 décembre un communiqué dans lequel il a tenu à présenter ses excuses au « public ». Une réaction qui honore l’ancien buteur du FC Barcelone même si de l’avis de la majorité des supporters, son geste contre le jeune youtubeur algérien est « condamnable ».

L’ancienne gloire des Lions indomptables et du football africain, Samuel Eto’o, est au cœur d’une polémique en pleine Coupe du monde, qui se poursuit depuis le 20 novembre au Qatar. En fin de soirée du lundi 5 décembre, et à l'issue du huitième de finale entre le Brésil et la Corée du Sud, Samuel Eto'o avait eu une altercation avec un youtubeur algérien qui l'a interpellé aux abords du stade de Doha. C’est ce que montrent les images d’une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux.

Sur cette vidéo, on voit Samuel Eto’o répondre avec véhémence à son interlocuteur algérien, avant d’être retenu par plusieurs hommes présents à ses côtés. L'un de ces hommes arrache la caméra de l'Algérien, puis, fou furieux, Samuel Eto'o assène un violent coup de pied à la poitrine du youtubeur algérien. Ce dernier, projeté au sol, n’a montré aucun signe de résistance et ne semblait pas du tout vouloir se battre avec son agresseur.

À lire aussi :  Une révélation sur Houssem Aouar provoque une tempête sur la Toile

« Je présente mes excuses au public pour cet incident regrettable » affirme Samuel Eto'o

Le jeune youtubeur algérien Sadouni SM a expliqué dans une vidéo qu’il reprochait au président de la Fecafoot d'avoir corrompu l'arbitre du match de barrages retour entre l'Algérie et le Cameroun, le 29 mars dernier, qualificatif pour la Coupe du monde au Qatar. « Ma question sur l’arbitre Gassama l’a mis hors de lui. Il m’a traité d’idiot et d’autres propos vulgaires que je ne peux pas prononcer. Il m’a violemment agressé », affirme le youtubeur algérien, qui a annoncé avoir déposé plainte contre Samuel Eto'o auprès de la police du Qatar.

Face à la polémique suscitée par son agression sur ce youtubeur algérien, Samuel Eto’o a fini par réagir en publiant, mardi 6 décembre, un communiqué pour présenter ses excuses. « Le 5 décembre, après le match Brésil-Corée du Sud, une altercation violente m'a opposé à une personne apparemment supportrice de l'Algérie », reconnait Eto'o dans un communiqué publié sur son compte Twitter. « Je regrette profondément d'avoir perdu mon sang-froid et d'avoir réagi d'une manière qui ne correspond pas à ma personnalité. Je présente mes excuses au public pour cet incident regrettable », écrit l’ancien attaquant des Lions indomptables.

À lire aussi :  Zinedine Zidane à la tête de la Juventus ? Les supporters le demandent

Samuel Eto'o adresse une pique aux supporters algériens

Toutefois, Samuel Eto'o, qui n’a pas formellement présenté ses excuses au youtubeur algérien, a tenu surtout à adresser une pique aux supporters algériens. « Je m'engage à continuer à résister aux provocations incessantes et au harcèlement quotidien de certains supporters algériens », affirme-t-il, en précisant que cela dure depuis le match Algérie-Cameroun joué le 29 mars à Blida. « Pendant cette Coupe du monde, des supporters camerounais ont été harcelés et importunés par des Algériens sur le même sujet. Je tiens à rappeler que le scénario de l'élimination de l'Algérie fut cruel, mais conforme aux règles et à l'éthique de notre sport », explique Samuel Eto’o.

« Toutes les voies de recours introduites par la Fédération algérienne de football auprès des juridictions compétentes ont été rejetées », a rappelé le président de la Fecafoot. « Par conséquent, je demande aux autorités algériennes et à la fédération sœur d'Algérie de prendre leurs responsabilités pour mettre un terme à ce climat délétère avant qu'un drame plus grave ne se produise », ajoute-t-il. « Aux supporters des Fennecs, je formule le vœu qu'ils trouvent la paix et parviennent à surmonter la déception d'une élimination douloureuse, mais désormais derrière nous », conclut Samuel Eto’o.