La cheffe du gouvernement italien, Giorgia Meloni, en visite en Algérie dimanche et lundi, a non seulement obtenu plus de gaz pour son pays, mais également l’engagement de l’Algérie à « concrétiser dans peu de temps » le nouveau projet du gazoduc entre l'Algérie et l'Italie.

Notant que le gazoduc en question revêtait « une importance extrême », le  chef de l'État, Abdelmadjid Tebboune, qui s’exprimait lors d'un point de presse avec la présidente du Conseil des ministres italien, Giorgia Meloni, a fait savoir que « la durée de réalisation de ce projet est laissée à l'estimation des techniciens ».

« Néanmoins, je crois qu'elle sera courte, d'autant que nous nous sommes mis d'accord sur le projet de gazoduc et avons signé un accord à son propos aujourd'hui (lundi) pour le lancement de l'étude puis la réalisation », a-t-il soutenu. Ce gazoduc acheminera ainsi, vers l’Italie, outre le gaz, l'électricité, l'hydrogène et l'ammoniac, une fois opérationnel, « il érigera l'Italie en hub de distribution de ces produits énergétiques vers l'Europe ».

Dans les faits, l’Italie s’est déjà assuré des livraisons supplémentaires du gaz algérien à la faveur de l’accord stratégique portant sur l’augmentation des approvisionnements en gaz, signé entre le Groupe Sonatrach et le Groupe italien « ENI ». Il vise à « identifier les meilleures options pour accroitre les exportations d'énergie de l'Algérie vers l'Europe, afin de garantir la sécurité énergétique tout en soutenant une transition énergétique durable », lit-on dans un communiqué de Soantrach.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

Ce protocole « reposera sur l'évaluation des quatre axes suivants : l'extension de la capacité de transport de gaz existante, la pose d'un nouveau gazoduc pour transporter du gaz naturel et alternativement de l'hydrogène et de l'ammoniac bleu et vert, la pose d'un câble électrique sous-marin et l'extension de l'actuelle capacité de liquéfaction du gaz naturel », a expliqué également Sonatrach. Cet accord prévoit l'importation de 3 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires, par an, entre 2023 et 2025, à travers le gazoduc Transmed qui relie l'Algérie à l'Italie, via la Tunisie, depuis 1983.

L’Algérie, dont les exportations ont avoisiné les 97 millions de m3/jour vers l'Italie (un record depuis 2011),  exporte actuellement près de 27 milliards de m3 de gaz/an vers ce pays. Selon des chiffres de novembre 2022 de la revue Middle East Economic Survey, l'Algérie a fourni à l'Italie, durant les neuf premiers mois de 2022, 17,3 milliards de m3 de gaz.