Ramadan 2023 : Quel jour pour le début du jeûne ?

Dans moins de 2 mois, les musulmans du monde entier vont accueillir le mois de ramadan de l'année 2023 et les discussions sur la nuit du doute et le début du jeûne vont occuper les espaces dans les médias et les réseaux sociaux. Comme chaque année, la dichotomie entre les calculs astronomiques et les traditionnelles observations du croissant de lune va réapparaître, semant parfois la confusion dans les esprits des fidèles.

En effet, les médias vont bientôt commencer à traiter l'information sur le début du mois de ramadan. Ils vont bientôt relayer les déclarations des différents centres et autres organismes spécialisés dans l'astronomie. Des organismes implantés dans plusieurs pays musulmans et même non musulmans qui annoncent la date du premier jour du ramadan sur la base de calculs astronomiques et scientifiques.

Et cette année, le ramadan est annoncé aux alentours du 23 mars 2023, soit 10 jours plus tôt que le ramadan de l'année 2022, qui avait débuté le 2 avril. C'est connu que le ramadan dans le calendrier de l'Hégire recule chaque année d'environ 10 jours. Donc, le début du jeûne se jouera entre le 22 et le 23 mars, alors que la nuit du doute devrait être fixée au 21 mars.

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Mais qu'en est-il au juste ? En réalité, la plupart des pays musulmans n'officialisent la date du premier jour du mois de jeûne que la veille, soit le dernier jour (29e) du mois précédent le mois de ramadan dans le calendrier hégirien (mois de chabane). Les instances chargées de fixer cette date dans chaque pays se basent généralement sur l'observation de la lune. Parfois, des divergences apparaissent entre les pays et engendrent des dates différentes pour le début du jeûne.

Qui décide du début du jeûne en France ?

Qui décide donc de la date du début du jeûne en France ? Habituellement, dans l'Hexagone, c'est le Conseil français du culte musulman (CFCM) qui avait l'autorité d'annoncer le premier jour du ramadan et même le premier jour de l'Aïd el-Fitr qui fixe la fin du mois de jeûne. Il se basait, pour ce faire, sur les calculs astronomiques qui lui permettaientt de faire son annonce plusieurs semaines avant le jour J.

Mais depuis 2021, une scission a touché la représentation du culte musulman en France et le CFCM active désormais sans quatre de ses ex-fédérations musulmanes ; notamment la Grande Mosquée de Paris (GMP) et la Fédération française des associations islamiques d'Afrique, des Comores et des Antilles (FFAIACA). Ces dernières annoncent elles-mêmes la date du début et de la fin du jeûne, en se basant, selon leurs dires, sur la science et l'astronomie, mais ne contredisent jamais les instances qui s'appuient sur l'observation lunaire.

Qui décide du début du ramadan en Algérie et dans les autres pays musulmans ?

Ce n'est pas le cas en Algérie, où l'association Sirius d'astronomie peut se prononcer sur le début et la fin du ramadan en s'appuyant sur des calculs astronomiques, mais il n'y a qu'une seule autorité habilitée à annoncer officiellement le début du mois de jeûne. Il s'agit de la Commission de l'observation du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, qui attend toujours la nuit du doute pour observer (ou non) la lune et fixer la date de début du ramadan pour le lendemain ou le surlendemain.

Société Polémique au Maroc sur le statut de la langue amazighe

Et c'est à peu près la même réalité dans tous les pays musulmans, y compris ceux qui disposent de centres et autres organismes scientifiques et astronomiques. Même si ces organismes avancent des dates, ce sont toujours les instances mises en place par les autorités de chaque pays qui ont l'autorité de fixer les dates du début et de la fin du mois de ramadan.


Vous aimez cet article ? Partagez !