Études en France : Le repas à 1 € du CROUS reste réservé à certaines catégories

Le repas à 1 € dans les restaurants universitaires en France est désormais réservé à certaines catégories d'étudiants. En effet, un texte de loi proposant l'accès à ce service pour tous les étudiants dans les restaurants du CROUS a été rejeté, le jeudi 9 février, par l'Assemblée nationale.

L'opération « 1 repas à un 1 € » a été lancée en 2019, en France. Au départ, l'opération était destinée uniquement aux étudiants boursiers ou en situation de précarité, avant qu'elle ne soit ensuite généralisée à l'ensemble des étudiants en 2020 durant la pandémie de covid-19. Cette mesure d'exception a constitué une bouée de sauvetage pour les étudiants étrangers en situation de précarité, dont des milliers d'Algériens qui poursuivent leurs études en France.

Mais en septembre 2021, le gouvernement français avait annoncé que l'opération « 1 repas à un 1 € » sera uniquement réservée aux étudiants boursiers ou en en situation de précarité. Les autres seront appelés à payer leurs repas au niveau des restaurants universitaires à 3,30 €. Toutefois, face à la précarité qui touche la majorité des étudiants, le gouvernement français est revenu sur sa décision en prolongeant à nouveau l'opération « 1 repas à 1€ » pour tous les étudiants jusqu'à la fin de l'année 2022.

Société France : Peut-on toucher le RSA en vivant à l'étranger ?

1 repas à 1 euro : voici les catégories d'étudiants concernées

Face à l'inflation qui frappe de plein fouet les étudiants en France, plusieurs syndicats estudiantins et partis politiques ont appelé le gouvernement à élargir l'opération de 1 repas à 1 euro pour l'ensemble des étudiants au niveau des restaurants universitaires de France. C'est dans ce sens qu'un groupe de députés socialistes a déposé, le jeudi 9 février, un texte à l'Assemblée nationale proposant l'accès à des repas à 1 euro pour tous les étudiants. Un texte qui a été finalement rejeté en première lecture par l'Assemblée à 183 voix pour et 184 voix contre.

« Je suis déçue. À une voix près, le repas universel à un euro était inscrit dans la loi, mais c'est surtout les étudiants qui vont être déçus, aujourd'hui », a déclaré la députée socialiste Fatiha Keloua-Hachi. « En tant qu'étudiants, on se sent complètement lésés », a réagi Imane Ouelhadj, présidente de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF), sur Franceinfo. « On fait face à une population étudiante qui est de plus en plus précaire et des étudiants sont obligés d'aller faire la queue dans des distributions alimentaires pour se nourrir », ajoute-t-elle.

Le gouvernement qui a plaidé contre la proposition des députés socialistes d'élargir l'opération « 1 repas pour 1 euro » pour tous se veut toutefois rassurant envers les étudiants les plus démunis. « Pas d'inquiétude, les repas à 1 euro n'ont pas été supprimés. Ils sont maintenus pour tous les étudiants boursiers et les plus précaires, ceux qui en ont le plus besoin. Pour les autres, les repas sont à 3,30 €, ce qui est aussi bien en dessous de leur coût réel », écrit à ce propos sur Twitter le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

De son côté, le député Louis Boyard, qui a eu des paroles très dures lors de son allocution à l'Assemblée, a dénoncé l'argument des députés macronistes qui consiste à affirmer que « remettre le repas à 1 € pour tous les étudiants serait une injustice. Ce ne serait pas normal que des étudiants aisés puissent en profiter. S'il y en a qui ne sont pas boursiers, mais qui sont précaires, une assistante sociale peut le leur accorder ».

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Pour ce député NUPES, ce refus de remettre le repas à 1 € est une façon de dire aux étudiants : « vous êtes pauvres, restez pauvres ». Boyard a alors appelé la communauté estudiantine à agir ensemble pour contrer cette décision du gouvernements en bloquant, le 16 février, les universités et les lycées en réponse à l'appel des syndicats étudiants.


Vous aimez cet article ? Partagez !