Le retour de l'ambassadeur d'Algérie en France serait imminent

L'Algérie et la France traversent une période de crise suite à la suite de l'« affaire Bouraoui ». L'Algérie avait décidé, le 8 février 2023, de rappeler son ambassadeur en France « pour consultation ». Depuis, le froid s'est installé entre les deux pays. Emmanuel Macron, lors de son discours du 27 février, a tenté d'apaiser les tensions. Il a notamment rappelé sa volonté de construire des relations solides avec Alger. Officiellement, l'Algérie n'a pas répondu au président français, cependant, il semble qu'il y a une volonté commune de dépasser cette crise.

En effet, selon le journal Jeune Afrique, l'Algérie va faire un pas en direction de la France et les relations entre les deux pays s'approcheront de l'apaisement. Le journal, qui s'appuie sur des sources diplomatiques algériennes, annonce un retour imminent de l'ambassadeur d'Algérie en France. Saïd Moussi devrait donc regagner son poste à quelques semaines de la visite d'Abdelmadjid Tebboune dans l'Hexagone. Une visite prévue au mois de mai 2023.

Le journal affirme également que le début de la décrispation de ces relations a eu lieu avec un premier contact la semaine dernière entre le Quai d'Orsay et le ministère algérien des Affaires étrangères. Un geste qui devra être suivi prochainement d'un appel téléphonique entre Abdelmadiid Tebboune et Emmanuel Macron pour aplanir le différend. Un coup de téléphone entre deux responsables qui ont de tout temps mis en avant leur entente.

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

Il faut rappeler que cette nouvelle grisaille dans le ciel des relations entre l'Algérie et la France a commencé au mois de février. Elle intervient après l'épisode de l'automne 2021 marqué par une crise politique sans président entre Alger et Paris faisant suite aux propos du président français sur la mémoire et la nature du régime algérien. La nouvelle affaire qui éclabousse les relations franco-algériennes concerne « l'exfiltration » de la militante algérienne Amira Bouraoui, le 6 février, depuis la Tunisie vers la France.

Depuis le début de cette affaire, les coups de fil entre Macron et Tebboune ont cessé. Cependant, hormis le rappel de l'ambassadeur d'Algérie en France, aucune mesure n'a été prise ni d'un côté ni de l'autre. Le retour de l'ambassadeur d'Algérie à son poste sera donc révélateur de l'amélioration du climat entre les deux pays et également le signe que la visite de Tebboune en France aura bel et bien lieu.


Vous aimez cet article ? Partagez !