Chien, trabendiste : les insultes crues d'une employée d'Algérie Ferries

Après avoir dénoncé des dépassements qui ont eu lieu lors d'une traversée d'Algérie Ferries, un député à l'APN s'est fait insulter par l'une des employées de la compagnie maritime nationale. Cette dernière a usé de mots forts pour s'en prendre au député, en le traitant de « chien » et de « trabendiste ».

Dans un témoignage publié le 10 mars sur sa page Facebook, le député à l'APN Kada Nedjadi s'en est pris violemment à certains employés de la compagnie Algérie Ferries. Dans une vidéo qu'il avait jointe à sa publication, le député montre des passagers avec leurs véhicules attendant qu'on les laisse embarquer. « Aussitôt que le commandant de bord a eu vent de la présence d'un député qui filmait à bord, il a rouvert la porte et a laissé les passagers monter », affirme le parlementaire dans sa vidéo.

Voyage & Immigration Regroupement familial en France : L'OFII annonce du nouveau

Toujours selon le témoignage de ce député, le calvaire des passagers continue aussi à bord du navire. Il accuse carrément certains employés de corruption. « Les chambres et les couchettes se vendent en euro pour que les bénéfices soient ensuite partagés entre quelques responsables sans scrupules », dénonce-t-il. « Des employés profitent également de la vente du café et des boissons en euro et sans aucun reçu », ajoute le parlementaire.

Pour étayer ses propos contre Algérie Ferries, le député d'Oran a partagé – le jour même – une vidéo d'un passager de la compagnie nationale qui avait lui aussi dénoncé ce qui s'est passé lors de cette traversée. Ce passager a raconté le calvaire qu'il avait vécu en compagnie de sa femme enceinte. Il affirme que sans la présence du député Kada Nedjadi à bord du navire, le jour de sa traversée, il n'aurait jamais récupéré la cabine qu'il avait déjà réservée.

Un député qualifie certains employés d'Algérien Ferries de « corrompus »

Dans son témoigne, ce passager a qualifié certains employés d'Algérie Ferries de « corrompus ». Selon ses dires, on lui aurait réclamé entre 80 et 100 euros afin de récupérer la cabine qu'il avait déjà payée à 1200 euros. Mais dès que les employés en question  ont appris qu'un député était à bord du navire, ils ont changé de comportement, ajoute le passager. Les employés d'Algérie Ferries ont fini par accorder une cabine à ce passager, sans qu'il ne paye le moindre sou.

Voyage & Immigration Aéroports de Paris : Voici pourquoi votre vol risque d'être en retard ces jours-ci

Face à l'ampleur de cette affaire qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, le député d'Oran est revenu à la charge en publiant un autre témoignage le lundi 13 mars sur sa page Facebook. Le parlementaire a tenu à expliquer que sa traversée avec Algérie Ferries « entre dans le cadre d'une mission d'inspection, vu qu'il est membre de la commission de transport ».

Le député Kada Nedjadi a surtout tenu à répondre aux accusations d'une « employée de réception d'Algérie Ferries » qui, a-t-il indiqué, l'avait traité de « chien » et accusé d'être un « trabendiste ». Le député a joint à sa publication des captures d'écran des commentaires publiés par cette employée d'Algérie Ferries où elle affirme que « l'histoire de corruption est purement fictive et que le député voulait seulement bénéficier d'une cabine exclusive ».

La réponse « crue » d'un employé d'Algérie Ferries

Cette employée d'Algérie Ferries explique que « quand la cabine ne lui a pas été accordée, il s'est mis à crier devant les autres passagers qu'il était un député, alors qu'il avait amené avec lui des tonnes de valises comme tous les trabendistes ». Dans son message sur Facebook, publié par le député, l'employée d'Algérie Ferries s'est également exprimée sur l'affaire de ce passager qui s'est vu refuser une cabine à bord d'un navire la compagnie.

Voyage & Immigration France-Algérie : Les tarifs promotionnels disponibles chez ASL Airlines

Cette employée d'Algérie Ferries a affirmé qu'aucun mot prononcé par ce passager et « ce chien de député (sic.) » n'était vrai. « Ce voyageur avait changé la date de son billet, ce qui fait qu'il a perdu son droit à la cabine. Mais comme ce député lui a promis une autre, il a fait la tête, car il n'a finalement eu droit qu'à un voyage en couchette ». Dans son message, l'employée a reconnu que « la corruption existe » à Algérie Ferries, « mais il ne faut pas accuser tous les employés de voleurs », selon elle.

Dans sa publication, le député à l'APN n'a pas caché son indignation face aux attaques qu'il a subies de la part de cette employée d'Algérie Ferries. « Suite à mon témoignage sur les dépassements constatés chez Algérie Ferries, voilà qu'une employée de la réception au sein de la compagnie me traite de "chien" et de "trabendiste" », écrit le député. « Vos attaques contre ma personne sont une attaque contre une institution de l'État, car ce que j'ai fait entre dans le cadre de mes prérogatives », ajoute-t-il à l'adresse de l'employée d'Algérie Ferries.

« J'avais dénoncé le comportement de certains employés et pas la compagnie Algérie Ferries qui apparient à l'État algérien. J'ai le droit de regard sur cette compagnie qui n'est pas un bien privé », écrit encore le député. « Je n'ai fait que soulever ce qu'endure le citoyen à cause des dépassements de certains employés de la compagnie. Je n'ai accusé personne et votre attaque contre ma personne soulève plusieurs interrogations », ajoute le député. « Me traiter de chien et de trabendiste vous mènera à vous expliquer devant la justice », lance le député à l'adresse de cette employée d'Algérie Ferries.


Vous aimez cet article ? Partagez !