Boycott de la datte algérienne au Maroc : Une autorité tranche sur la qualité

À quelques jours du début du mois de ramadan, une campagne de boycott des dattes algériennes est lancée au Maroc. Plusieurs quintaux de cette denrée ont été détruits à Casablanca. Cette campagne est lancée sous plusieurs prétextes. Certains invoquent l'illégalité de l'opération d'importation, d'autres appellent au « boycott des dattes algériennes cancérigènes ». C'est dans ce contexte que la Fédération marocaine des droits du consommateur a tranché.

En effet, cette fédération a affirmé dans un communiqué publié le 17 mars que les dattes algériennes sont de très bonne qualité. Elle coupe ainsi l'herbe sous les détracteurs de ce produit très apprécié au Royaume du Maroc. Cette fédération explique dans son communiqué qu'elle répond aux préoccupations des Marocains en ce qui concerne certains produits largement consommés pendant le mois de ramadan, notamment les dattes qui sont à l'origine d'une grande polémique sur les réseaux sociaux. Elle affirme qu'elle a prix plusieurs échantillons et que les boîtes respectent les normes marocaines en ce qui concerne les informations affichées sur l'emballage.

Cette fédération indique qu'à la suite d'analyses effectuées sur les dattes tunisiennes, algériennes saoudiennes et émiraties, il s'avère que ces produits respectent les normes internationales. En ce qui concerne les restes d'insecticides cancérigènes, la fédération affirme que ces dattes ne contiennent en aucun cas ces produits. Au fait, c'est la principale accusation contre les dattes algériennes sur les réseaux sociaux.

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Ce communiqué ne remet en aucun cas en cause les dattes algériennes, ce sont plutôt les dattes importées des Émirats arabes unis qui contiennent des champignons qui peuvent s'avérer dangereux, selon cette organisation. Cependant, cette fédération des consommateurs a alerté sur des dattes dont l'origine est inconnue, ce qui peut représenter un danger sur les consommateurs, conclut-elle.

Ainsi donc, la Fédération marocaine des droits du consommateur a tranché sur ce sujet qui alimente la chronique ces derniers jours. Elle confirme la bonne qualité des dattes algériennes et indirectement révèle que la campagne contre la datte algérienne n'est pas basée sur le produit lui-même. C'est simplement une guerre économique.


Vous aimez cet article ? Partagez !