Une biologiste franco-algérienne nommée à la tête de l'Institut Pasteur de France

Les Algériens sont reconnus pour leur engagement dans divers domaines, y compris la recherche scientifique, et ils continuent de se démarquer grâce à des postes de responsabilité de premier plan. Un exemple récent nous vient de France, où la chercheuse algérienne Yasmine Belkaid a été nommée à la tête de l'Institut Pasteur.

« Le 29 mars 2023, la professeure Yasmine Belkaid a été nommée directrice générale de l'Institut Pasteur par son Conseil d'administration pour un mandat de 6 ans. Elle prendra ses fonctions en janvier 2024 », lit-on en effet dans un communiqué de l'institut. Succédant à ce poste au Professeur Stewart Cole, elle est la deuxième femme à diriger l'Institut Pasteur depuis sa création en 1887.

Franco-Algérienne née en 1968 à Alger, la professeure Yasmine Belkaid est une chercheuse de renommée internationale dont les travaux portent principalement sur la relation entre les microbes et le système immunitaire. Sa carrière scientifique a démarré par une formation en maladies infectieuses à l'Institut Pasteur pour ensuite englober une multitude de domaines, dont la parasitologie, la microbiologie, l'entomologie médicale, la virologie, l'immunité tissulaire, le microbiome ou encore l'immunologie humaine.

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

« Elle dirige actuellement le Centre d'immunologie humaine des National Institutes of Health (NIH), l'agence américaine chargée de la recherche médicale et biomédicale, ainsi que le programme Microbiome du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), aux NIH (Bethesda, Maryland, États-Unis), dont elle est la fondatrice. Au sein du NIAID, elle a créé le département de l'immunité de l'hôte et du microbiome », selon sa biographie affichée sur le site web de l'Institut Pasteur.

La nomination de la professeure Yasmine Belkaid comme directrice générale de l'Institut Pasteur, précise-t-on de même source, conclut un processus de sélection exigeant, débuté en juin 2021 et conduit par un comité de recrutement présidé par la professeure Edith Heard, Directrice générale de l'EMBL, à Heidelberg, en Allemagne.

« En tant que prochaine directrice générale, j'entends faire de l'Institut Pasteur l'un des principaux établissements de recherche en sciences du vivant et renforcer son rôle dans les domaines de la surveillance, de la prévention et de l'identification des pathogènes émergents à l'échelle mondiale », assure la professeure.

Yasmine Belkaid succédera au professeur Stewart Cole, dont le mandat s'achèvera le 1er janvier 2024. Elle deviendra la seconde femme à occuper ce poste et le 17e directeur général de l'Institut Pasteur depuis sa création par Louis Pasteur en 1887.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts

Nommée directrice de l'Isntitut Pasteur : Qui est Pr Yasmine Belkaid ?

Yasmine Belkaid, 54 ans, est née à Alger. Elle est titulaire d'un master en biochimie de l'université algérienne des sciences et de la technologie Houari-Boumédiène, ainsi que d'un DEA de l'université Paris-Sud. Elle a obtenu son doctorat en immunologie à l'université Paris-Sud et à l'Institut Pasteur en 1996, où elle a étudié les réponses immunitaires innées à l'infection par Leishmania.

Elle s'installe ensuite aux États-Unis pour suivre un stage postdoctoral en biologie des parasites intracellulaires au laboratoire des maladies parasitaires du NIAID (NIH). En 2002, elle rejoint le département d'immunologie moléculaire du Cincinnati Children's Hospital Medical Center (Ohio, États-Unis), avant de réintégrer le NIAID en 2005 en tant que responsable de l'unité d'immunologie des muqueuses du laboratoire des maladies parasitaires.

À partir de 2005, elle occupe différents postes au NIAID et aux NIH. Elle y dirige, depuis 2021, le département de l'immunité de l'hôte et du microbiome. Yasmine Belkaid a publié plus de 220 articles scientifiques sur l'infection, l'immunité, l'immunologie, le microbiote et la nutrition. Elle a reçu de nombreux prix et distinctions, dont le Prix Robert Koch (2021), le Lurie Prize in Biomedical Sciences (2019) et le Prix Sanofi-Institut Pasteur (2016).

Elle est membre de plusieurs comités et conseils scientifiques, dont l'Académie américaine des Arts et des Sciences, l'Académie nationale de Médecine et l'Académie nationale des Sciences, mais aussi le Microbiome Technical Advisory Group de la Fondation Bill & Melinda Gates, l'Anti-Racism Steering Committee des NIH, l'American Society of Microbiology et le Scientific Resource Board de Genentech.

Société « L'immigration tue » : CNews écope d'une amende de 60'000 euros


Vous aimez cet article ? Partagez !