CAN 2025 : Les inspecteurs de la CAF ont boudé le nouveau stade de Tizi-Ouzou

Les inspecteurs du cabinet international Roland Berger Strategy Consultants, chargés par la CAF de visiter les diverses infrastructures des pays candidats à l'organisation de la CAN 2025, ont quitté l'Algérie après 3 jours d'activités intenses. Le cabinet est appelé à transmettre ses recommandations à la CAF qui va devoir choisir entre les pays pour l'accueil de ce 35e tournoi de football africain.

Selon un communiqué de la FAF, la visite d'inspection de ce cabinet international a duré 3 jours après un passage par 5 wilayas d'Algérie. Si la journée du 27 mars a été consacrée aux infrastructures de la wilaya d'Oran, les inspecteurs en question se sont rendus, le 28 mars, à Annaba et Constantine, avant de rallier, le lendemain, les wilayas d'Alger et de Blida.

Le compte rendu détaillé de la Fédération a révélé que le nouveau stade 50'000 places de Tizi-Ouzou et le temple du 5-juillet d'Alger ont été boudés par l'équipe d'inspecteurs chargés par la CAF de vérifier les différentes infrastructures en Algérie ; stades, routes, aéroports, métro, tramway… En fait, le compte rendu en question n'en parle même pas et s'est contenté de citer les sites visités par les inspecteurs qui se sont abstenus de se rendre à Tizi-Ouzou et au mythique stade du 5-juillet.

Sports Rencontre cruciale entre Mahrez et Petkovic sur fond de tensions

Les stades de Tizi-Ouzou et du 5-juillet en tant que suppléants dans le dossier de candidature de l'Algérie à la CAN 2025

Il est vrai que dans le dossier de candidature de l'Algérie pour l'accueil de la CAN 2025 que la CAF a retirée à la Guinée pour impréparation, les stades 50'000 places de Tizi Ouzou et du 5-juillet d'Alger ne sont pas cités comme les stades principaux de la 35e CAN de l'histoire. Ils ont cependant été cités comme des stades suppléants ou de réserve, et ce, dans le cas où l'un des 6 stades principaux proposés est rejeté par l'instance footballistique africaine.

Il n'est toutefois pas encore clair si la décision de ne pas se rendre à Tizi-Ouzou, dont le stade sera inauguré en juin 2023, et au stade du 5 juillet vient de l'équipe d'inspection du cabinet international Roland Berger Strategy Consultants ou des dirigeants de la fédération présidée par Djahid Zefizef. Il n'est pas clair non plus pour quelle raison ces deux stades ont été boudés par cette équipe d'inspecteurs.

CAN 2025 : Les visites d'inspection ont subi un décalage

Il importe de rappeler, enfin, que les visites d'inspection qui devaient avoir lieu du 20 mars au 2 avril n'ont pas été vraiment reportées comme les médias l'avait annoncé, mais elles ont subi seulement un décalage partiel qui a fait que les visites commencent par l'Algérie et se terminent par le Maroc, alors qu'elles devaient commencer par la Zambie et s'achever par le binôme Nigeria-Bénin.

Il est aussi à rappeler que la visite d'inspection s'est terminée avec la tenue d’une séance de travail au niveau de la salle de conférence de presse du stade Nelson-Mandela d'Alger, et ce, en présence des représentants du cabinet et ceux de la FAF. À l'issue des visites à effectuer dans tous les pays candidats pour l'accueil de la CAN 2025, la CAF désignera, un jour non encore défini, le pays lauréat, en sachant que l'Algérie et son voisin marocain sont les favoris.

Sports Restera ? Restera pas ? Belaili a pris sa décision


Vous aimez cet article ? Partagez !