Après les hôtels de luxe et le Rwanda, le Royaume-Uni ne sait plus où mettre ses migrants

Le Royaume-Uni ne sait plus quoi faire face à l’afflux massif de migrants clandestins sur son territoire. Depuis son arrivée au pouvoir en octobre dernier, le gouvernement conservateur fait de la lutte contre l’immigration clandestine sa priorité. C’est dans cette optique que le gouvernement a annoncé mercredi vouloir installer une partie des migrants dans des bases militaires désaffectées. Une méthode que plusieurs ONG locales estiment « totalement inadaptée » à leurs besoins.

L'an dernier, le Royaume-Uni a fait face à un nombre record de migrants (plus de 45 000) ayant atteint les côtes du pays en traversant clandestinement la Manche à bord de petites embarcations, ce qui a contribué à submerger le système d'asile britannique. Pour faire face à cette situation, le gouvernement britannique a décidé récemment de verser plus de 500 millions d'euros sur quatre ans à la France pour aider cette dernière à empêcher les traversées illégales vers le Royaume à travers la Manche.

Mais la priorité aujourd’hui pour le Royaume-Uni est comment s'occuper de ces milliers de migrants, en majorité des demandeurs d’asile, se trouvant sur son territoire. Alors que les plans successifs des dernières années n'ont pas permis d'endiguer le phénomène, le gouvernement britannique avait annoncé l’année dernière son projet d’envoyer des migrants clandestins vers des centres offshore au Rwanda. Un projet controversé qui est suspendu à des décisions de justice.

Société « L'immigration tue » : CNews écope d'une amende de 60'000 euros

Des bases milliaires désaffectées pour accueillir des migrants au Royaume-Uni

Alors que ce projet est toujours d’actualité, le gouvernement britannique avait également mis sur le tapis celui de l’hébergement des migrants clandestins dans des petits villages du royaume. C’était en décembre dernier lorsque le Premier ministre Rishi Sunak avait annoncé qu'il voulait réduire de moitié la facture de l'hébergement des demandeurs d'asile dans des hôtels de luxe. Les hôtels coûtent 2,3 milliards de livres sterling (2,6 milliards d'euros) par an aux contribuables britanniques, selon les estimations du gouvernement.

Décidé à en finir avec le problème des migrants clandestins, le gouvernement du Royaume-Uni a annoncé le 29 mars dernier son intention de les mettre dans des bases militaires désaffectées. À cet effet, deux sites militaires désaffectés seraient utilisés pour héberger des migrants, annonce le gouvernement. Ce dernier envisage de faire de même sur des bateaux dans le cadre de son projet de lutte contre l'immigration illégale. Un projet similaire avait été annoncé l'été dernier par la Belgique pour l’accueil des demandeurs d'asile.

Une décision jugée « inadaptée » par les ONG d'aide aux migrants

Lors de son intervention devant le Parlement, le secrétaire d'État à l'Immigration Robert Jenrick a dévoilé la localisation de deux sites militaires désaffectés dans l'Essex (sud-est de l'Angleterre) et le Lincolnshire (est) et d'un troisième site, non militaire, dans l'East Sussex (sud-est) pour accueillir des migrants clandestins. « L'hébergement des migrants doit répondre à leurs besoins essentiels, rien de plus », justifie-t-il.

L’annonce du gouvernement britannique a suscité des réactions de plusieurs ONG locales. Le Refugee Council, qui vient en aide aux migrants, s'est dit « profondément préoccupé par les projets du gouvernement », jugeant les solutions annoncées « totalement inadaptées » aux besoins des demandeurs d'asile. La Croix-Rouge britannique a, quant à elle, estimé que « les sites militaires, par leur nature même, peuvent traumatiser de nouveau des gens qui ont fui la guerre et les persécutions ».

Société Le nombre d'étudiants algériens en France en hausse


Vous aimez cet article ? Partagez !