Somment des BRICS en Afrique du Sud : Macron persona non grata

Le sommet des BRICS aura lieu du 22 au 24 août à Johannesburg en Afrique du Sud. Un sommet très attendu en raison des attentes de plusieurs pays qui ont formulé leurs demandes d'adhésion à ce groupe politico-économique. Le sommet est donc un évènement politique planétaire que plusieurs responsables ne veulent pas rater.

Le président français Emmanuel Macron est parmi les présidents qui ont émis le vœu de participer à ce sommet. Il a exprimé son envie de participer à ce sommet notamment par la voix de sa ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, qui avait expliqué, lors d’un déplacement en Afrique du Sud, fin juin, qu’« il faut parler pour se comprendre et pour trouver des solutions ». la démarche française n'a cependant pas été payante. Emmanuel Macron est persona non grata lors de ce sommet.

En effet, les espoirs de la participation du président français se sont évaporés. La ministre des Affaires étrangères, Naledi Pandor, a affirmé lors d' un point presse, le 7 août, que le président français n'est pas invité à ce sommet. Ainsi, cette responsable a évoqué la liste des invités qui comprend 67 leaders de pays africains et de pays du Sud. Elle a rappelé que le président russe Vladimir Poutine suivra le sommet de façon virtuelle et qu’il sera représenté par Sergueï Lavrov. Naledi Pandor a également précisé que le président français n’a pas été invité.

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

Vladimir Poutine triomphe sur Emmanuel Macron

le président français ne sera donc pas présent à Johannesburg. La décision a été prise par les hauts responsables des BRICS composés du Brésil, de la Russie ,de l'Inde de la Chine et de l'Afrique du Sud. Le président russe a donc eu le dernier mot. En effet, la Russie jugeait qu’une telle invitation serait « inappropriée », étant donné la position de la France vis-à-vis de la guerre en Ukraine et son appartenance à l’OTAN. Emmanuel Macron n'a donc pas réussi a convaincre les pays des BRICS de l'inutilité d'une confrontation de « bloc à bloc ».


Vous aimez cet article ? Partagez !