Les Français majoritairement favorables à la régularisation des travailleurs étrangers

Les courants politiques se déchirent sur la question de l'immigration. Les débats  sont souvent houleux à quelques jours de la présentation de la nouvelle loi immigration à l'Assemblée nationale. Dans ces débats, la question des besoins de la France est reléguée au second plan alors que les études soulignent que l'Hexagone a besoin de main-d'œuvre, notamment dans certains métiers dits en tension.

Le contexte est donc très tendu entre les différentes composantes de la classe politique en France. La droite refuse toute régularisation. La gauche appelle à régulariser les sans papier et le gouvernement veut mettre en place un nouveau titre de séjour spécial pour exercer un métier dit « sous pression ». C'est dans ce contexte particulier que des Français se sont exprimés sur la question dans un sondage réalisé par Elabe pour BFMTV.

Dans ce sondage, ils sont 55 % des Français à être favorables à une régularisation des travailleurs étrangers. « On observe une attitude pragmatique. Les Français se disent : ces travailleurs sans-papiers sont sur le sol français et donc il vaudrait mieux leur octroyer un titre de séjour. En revanche sur le plan politique, les électeurs de droite n’y sont majoritairement pas favorables », explique l'analyste qui a fait la lecture du chiffre. Ils sont également deux tiers des Français à être favorables à l’accueil de réfugiés politiques, mais pas à celui des migrants économiques. Plus en détail, ce sondage réalisé par l’institut de sondage Elabe pour BFMTV affirme que 65 % des 1000 personnes interrogées pensent que la France ne doit pas accueillir les migrants de Lampedusa.

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

Ces Français qui refusent l'accueil des migrants arrivés Lampedusa évoquent « le manque de moyens économiques », pour 88 % d'entre eux, et « la menace pour notre identité/culture », pour 37 %. Concernant l'asile, « un Français sur trois y est favorable, ce n’est pas négligeable. Et puis, en France, on reste attaché à l’asile : deux Français sur trois (63 %) pensent qu’il faut continuer à accueillir des réfugiés politiques », explique un analyste qui indique que « l’opposition est majoritaire à l’accueil, mais elle n’est pas unanime ».

Il faut dire que ce sondage conforte dans son volet régularisation les déclarations de certains analystes économiques ainsi que des études qui ont été faites concernant l'apport des travailleurs étrangers à l'économie française ainsi que les besoins de cette économie en main-d'œuvre.


Vous aimez cet article ? Partagez !