Un homme reconnaît la paternité de 17 enfants pour régulariser leur situation

Tous les moyens semblent bons pour les sans-papiers afin de régulariser leur situation, que ce soit en France ou dans d'autres pays européens. C’est le cas avec l’affaire de cet homme, qui avait reconnu durant une vingtaine d’années la paternité de plusieurs enfants originaires d’Afrique afin de leur permettre de régulariser leur situation en France. 

C’est une fraude pas comme les autres. Un Français d'origine camerounaise, âgé de 61 ans, serait au cœur d'une fraude visant à régulariser la situation de 17 enfants étrangers en France, a révélé le quotidien français, La Dépêche dans son édition du 27 octobre. L'homme est accusé d'avoir déclaré des faux liens de parenté contre de l'argent, permettant ainsi de régulariser la situation de plusieurs enfants étrangers nés de parents africains, selon la loi du droit du sol.

L’affaire a démarré au début de l'année 2023. À cette période, une employée de mairie de Haute-Garonne aurait remarqué que cet homme de 61 ans, d’origine camerounaise, s’est présenté à deux reprises en l’espace de quelques semaines pour se déclarer comme le père de deux nouveau-nés, relate La Dépêche. Après avoir mené des investigations, les enquêteurs de la brigade mobile de recherches de la police aux frontières (PAF), ont découvert que l’homme était le père de 17 enfants, déclarés à Toulouse et dans d’autres départements entre 2003 et 2023.

Voyage & Immigration Harraga : Le bilan sombre des bateaux-taxis entre l'Algérie et l'Espagne

France : Il reconnaît la paternité d’un enfant contre la somme de 500 euros

En recourant à la vérification de chaque document déposé par cet homme en mairie et réalisé des tests ADN, les enquêteurs de la PAF ont découvert que cet homme n’est finalement pas le père biologique de ces 17 enfants. Ces derniers sont dans leur majorité originaire du Cameroun, et ce sont leurs mamans qui ont fait appel aux services de cet homme pour que leurs enfants soient naturalisés Français. Une procédure qui permet à ces mamans d’obtenir des titres de séjour pour rester en France.

Le mode opératoire de ce « faux père » est simple : après avoir été mis en relation avec la mère d’un enfant par le biais de deux rabatteurs, le sexagénaire se présentait dans les mairies avec la pièce d’identité de la mère et la sienne. Il reçoit une contrepartie à hauteur de 500 euros, selon la même source. Le mis en cause et ses deux complices ont été arrêtés le 13 octobre par la PAF. Ils sont poursuivis pour reconnaissances frauduleuses de paternité et aide aux séjours irréguliers. Leur procès est prévu fin novembre 2024.


Vous aimez cet article ? Partagez !