Voici la vision des musulmans de France sur la laïcité (sondage IFOP)

Liberté, égalité, laïcité - France

En France, les citoyens de confession musulmane sont souvent au cœur du débat à chaque événement politique ou fait sociétal, notamment la laïcité, l'immigration et le conflit israélo-palestinien. Les musulmans de France sont surtout scrutés par rapport à leur vision de la laïcité, ce pilier de la République. C’est dans ce sens que l’IOPF a publié, vendredi 8 décembre, « une enquête auprès des Français musulmans sur les questions de religion et de laïcité », à la veille de l'anniversaire de la promulgation de la loi de 1905 qui consacre la séparation de l'Église et de l'État.

A l’occasion de la Journée nationale de la laïcité en France, le 9 décembre, l’institut IFOP a réalisé un sondage sur les Français musulmans et la laïcité, commandée par une future chaîne de télévision, Elmaniya.tv, qui se définit comme «laïque et humaniste», à destination des populations franco-arabes. « Une enquête permettant de mieux cerner la place que les Français musulmans accordent aujourd’hui à la religion, le sens qu’ils donnent à la laïcité mais aussi leur point de vue sur les récents événements », souligne l’IFOP.

De prime abord, et au regard de cette enquête menée auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 musulmans de France déclarés, « la population musulmane apparaît imprégnée d’une vision très ouverte de la laïcité associée à un soutien massif aux manifestations de religiosité dans la société en général et à l’Ecole en particulier (ex : voile, abaya…) », affirment les rédacteurs de l'enquête IFOP.

78 % des musulmans de France jugent l’application de la laïcité « discriminatoire »

Cependant, en analysant les chiffres clés de l’enquête, il apparaît qu’une écrasante majorité des Français musulmans considère la laïcité, telle qu’elle est appliquée par les pouvoirs publics, comme discriminatoire. En effet, à la question : « la laïcité telle qu'elle est appliquée aujourd'hui par les pouvoirs publics est-elle discriminatoire envers les musulmans ?», 78 % des musulmans interrogés répondent oui : 34 % d’entre eux jugent la laïcité «assez discriminatoire», et 44 % d’entre eux, «très discriminatoire».

L’enquête dévoile aussi qu’une large majorité des musulmans de France, souhaiterait aussi un assouplissement de plusieurs règles : ainsi 75 % d’entre eux aimeraient instaurer des jours fériés pour des fêtes religieuses non-chrétiennes (comme l’Aïd-el-Kebir), 75 % également sont favorables à l’autorisation du port du voile ou de la kippa pour les athlètes pendant les Jeux Olympique 2024 à Paris, et 75 % des sondés souhaiteraient un financement public du culte et du clergé en France.

72 % des musulmans désapprouvent l’interdiction du qamis et de l’abaya à l’école

En revanche, seuls 47 % des musulmans de France souhaitent l’autorisation du port du voile intégral dans l’espace public. Cette proportion grimpe à 66 % chez les musulmans de moins de 25 ans, « signe d’un plus fort rejet des principes de laïcité chez les musulmans les plus jeunes », expliquent les rédacteurs de l’enquête. Les deux tiers des musulmans (65%) se disent favorables au port de couvre-chefs à caractère religieux (ex : voile, kippa…) dans l’enceinte des collèges et lycées publics.

Les musulmans de France sont aussi nombreux à revendiquer une plus grande liberté par rapport aux obligations scolaires. 54 % des sondés souhaitent que les jeunes filles aient le droit de ne pas assister aux cours de natation pour des raisons religieuses, et 50 % souhaitent que les élèves puissent même refuser d’assister à tous les cours qui «heurteraient leurs convictions religieuses». Par contre, 72 % des musulmans de France désapprouvent l’interdiction du qamis et de l’abaya à l’école.

Retour en haut
Share via
Copy link