Sarkozy défend la marocanité du Sahara occidental et encense Mohammed VI

Drapeaux du Maroc et de l'Algérie, photo de Nicolas Sarkozy

L'ancien président français 2007/2012, Nicolas Sarkozy, confirme la tendance de la droite française à défendre un rapprochement de la France avec le Maroc, au détriment de l'Algérie. Il l'a encore exprimé lors en Espagne, dans l'émission télévisée "Espejo Publico" (Miroir public) sur Antena 3, profitant ainsi pour saluer la position de l'Espagne sur le Sahara occidental qui a viré brusquement, en mars 2022, vers un soutien à la marocanité du territoire sahraoui.

"Écoutez, vous ne trouvez pas qu’il y a assez de problèmes dans le sud Sahara ? Faut-il une république sahraouie ?", s'est-il interrogé à l'occasion de la présentation de son livre "Le Temps des combats", affirmant tout de go : "Je suis pour la marocanité du Sahara occidental. (...) Je pense que les autorités espagnoles ont bien fait de reconnaître cela".

Nicolas Sarkozy fera ensuite une parabole incompréhensible entre la marocanité du Sahara occidental et la confiance due au roi Mohammed VI dans sa lutte contre les islamistes. "Quand on voit comment le roi Mohammed VI a géré le Maroc, a tenu les islamistes les plus extrémistes, les a contenus, on peut lui faire confiance. Le Sahara occidental est marocain", a-t-il estimé, avec cette volonté bien assumée de plaire à son futur hôte puisqu'il compte se rendre au Maroc, ce mercredi 13 décembre, pour la promotion de son livre.

Nicolas Sarkozy lance des fléchettes à l'Algérie

En fait, Nicolas Sarkozy fait partie du lobby français qui tente d'amener l'Etat, notamment le président Emmanuel Macron, à reconsidérer sa politique nord-africaine, défendant un rapprochement avec le Maroc, même s'il faut que cela se répercute sur les relations de la France avec l'Algérie. D'autres avant lui l'ont dit clairement, y compris le patron du parti Les Républicains, Eric Ciotti, qui s'est exprimé sur la question à plusieurs reprises. Sarkozy confirme donc l'activité soutenue du lobby marocain en France et les liens traditionnels entre la droite française et le royaume chérifien.

D'ailleurs, l'ancien président français a réservé quelques extraits à cette question dans son livre "Le Temps des combats" dans lequel il n'a pas manqué de lancer des fléchettes à l'Algérie, en énumérant certains "conseils" au président Macron. "Cette question est centrale pour les intérêts stratégiques du Maroc. Elle permettrait d’éviter une république sahraouie dont la solidité et la pérennité laissent tous les observateurs informés plus que perplexes. Savoir choisir ses amis, ne pas craindre d’encourir le courroux de ceux qui le sont moins, s’inscrire dans une perspective longue, s’appuyer sur l’histoire commune : telles devraient être les boussoles du président de la République", a-t-il estimé dans son livre.

Retour en haut
Share via
Copy link