Gravement malade, un enfant algérien risque de dormir dans la rue en France

Parti en France avec son père l’été dernier pour des vacances, un enfant algérien de 9 ans a été diagnostiqué d’une grave maladie nécessitant plusieurs opérations. Mais faute d’hébergement, le jeune garçon et son père risquent de dormir dans la rue. Une situation qui démontre les difficultés que rencontrent les étrangers en détresse sociale pour l’obtention d’un hébergement d’urgence, prévu pourtant par la loi française.

En France, un étranger en situation de détresse sociale même s’il est sans-papiers, a le droit à un hébergement d’urgence. Il existe, en effet, différents modes d’hébergement destinés aux personnes en détresse sociale dont les migrants sans-papiers. Mais souvent ces centres d’hébergement n’arrivent pas à satisfaire les fortes demandes, notamment en cette période d'hiver et dans les grandes villes.

C’est ce que vit un enfant algérien qui se retrouve sous la menace de passer les nuits dehors faute d’hébergement. Le garçon qui se trouvait depuis l’été dernier en France avec son père, a été diagnostiqué d'une grave maladie et a donc dû rester à Marseille pour se faire opérer. Mais entre deux opérations, l’enfant et son père peinent à trouver un endroit pour se loger et sont désormais menacés de se retrouver à la rue.

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Faute d’hébergement, un enfant algérien et son père risquent de se retrouver à la rue

« Sincèrement, je n'ai pas de solution. Je n'ai pas d'argent parce que je ne travaille pas », explique le père du jeune garçon à BFM Marseille Provence. « Il n'y a pas d'hébergement », ajoute-t-il d’une voix dépitée. Arrivé le 4 août dernier d'Algérie pour des vacances, le jeune garçon a été diagnostiqué d'une malformation de la colonne vertébrale. Pour subir une première intervention chirurgicale, Mohamed, un enfant algérien, est contraint de rester à la Timone avec son père.

Après s’être fait poser une poche de colostomie, le jeune Mohamed devrait subir une deuxième intervention chirurgicale le 8 janvier prochain. Mais d’ici cette date, le garçon n’a pas ou dormir. Face aux difficultés à trouver un logement, le père et son fils étaient hébergés par un ami. Mais aujourd’hui ils n’ont plus où dormir et risquent donc de se retrouver à la rue.

Les tentatives du père de trouver un hébergement d’urgence via le 115 ont été infructueuses. « C’est toujours la même réponse : il n'y a pas de place (...) rappelez demain matin », confie le père de l'enfant algérien. « Il faut que je trouve un hébergement bien propre pour l'enfant parce qu'il est malade », poursuit-t-il. Car le jeune Mohamed qui doit subir quatre interventions chirurgicales, a toujours sa poche de colostomie, qui doit être enlevée et remise chaque jour.


Vous aimez cet article ? Partagez !