L'histoire de l'Algérie revisitée par Timbres magazine

Couverture de Timbres magazine sur l'histoire d'Algérie

Le mensuel français « Timbres magazine » a consacré une partie de son numéro de janvier 2024 à l'Algérie. Dans ce numéro en vente dans les kiosques, le lecteur peut ainsi revisiter l'histoire de l'Algérie à travers les timbres.

Au sommaire du numéro 262 de « Timbres magazine » de janvier 2024, l'officielle de la philatélie en France, propose à ses lecteurs plusieurs thèmes en relation avec l'histoire postale. En couverture, le mensuel qui revient sur « les Polonais en France durant la 2ème Guerre mondiale » et sur l'histoire philatélique en Suisse, a consacré une bonne place à l'Algérie en revisitant son histoire à travers les timbres.

Les six pages commencent par l'Algérie d'avant l'arrivée des Français, relate le journal Le Monde, dans un long article consacré à la lecture du contenu du dernier numéro de « Timbres magazine ». Une histoire de l'Algérie illustrée de vignettes postales sur les peintures rupestres du parc national de Tassili n'Ajjer, sur les effigies des rois numides (Massinissa, Jugurtha, Syphax, etc.), sur les mosaïques de villas romaines…

De la conquête des Arabes jusqu'à la colonisation française de l'Algérie

Ensuite, le magazine, sous la plume de Guy Coutant, évoque toujours à travers des timbres, l'époque de la christianisation, de l'arrivée des Vandales, la conquête des Arabes, la succession des dynasties (les Rostémides, Zirides, Zianides, etc.)… jusqu'à la conquête française de l'Algérie qui « commence en 1830 avec le débarquement d'un corps expéditionnaire à Sidi-Ferruch (…). Elle va se terminer en 1847 avec la reddition de l'émir Abdelkader (1808-1883) » et l'intervention du général Bugeaud décrit aujourd'hui en France comme un « bourreau ».

Durant le début de la colonisation française, « l'Algérie est divisée en trois départements : Alger, Oran et Constantine. » Puis, « la France progresse vers le sud et il faut un demi-siècle pour obtenir la soumission des tribus des Touaregs algériens qui peuplent le Sahara. Cette conquête est surtout l'œuvre du général Laperrine (1860-1920), tandis qu'un autre Français, Charles de Foucauld (1858-1916), s'installe dès 1901 en plein Sahara pour y vivre en missionnaire (…) ».

L'auteur Guy Coutant termine cette première partie consacrée à l'Algérie sur la période de l'entre-deux-guerres, évoquant « les chefs religieux qui entretiennent les sentiments antifrançais dans la population algérienne. Ils fondent en 1931 l'Association des oulémas musulmans algériens (…). Ses chefs sont le cheikh Abdelhamid Ben Badis, auquel succède le cheikh Bachir El-Ibrahimi ».

Retour en haut
Share via
Copy link