Darmanin va renforcer la sécurité autour des lieux de culte durant le Ramadan

Ramadan en France - Sécurité Police - Mosquées - Lieux de culte

La sécurité autour des lieux de culte musulmans sera renforcée en France durant le mois de Ramadan 2024. Des instructions ont été données à cet effet, ce jeudi 7 mars, par ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, aux préfets, appelés à veiller au grain.

Le mois de Ramadan 2024 approche à grands pas. En France et dans différents pays, il devrait commencer lundi 11 mars. Pour éviter toute mauvaise surprise durant ce mois cher aux musulmans, les autorités françaises veulent veiller au grain en renforçant la sécurité autour des mosquées et des lieux de culte qui ne se désemplissent pas, faut-il le souligner, durant tout le mois de carême. Le ministre de l'Intérieur a lancé ce jeudi un appel dans ce sens.

"À l’approche de la période du Ramadan qui verra nombre de nos compatriotes musulmans fréquenter des lieux de culte, et parce ce que la liberté de culte n’est rien sans la protection de l’État, j’ai donné instruction aux préfets de renforcer, comme pour toutes les fêtes religieuses de l’ensemble des cultes, la sécurisation des mosquées de notre pays", a fait savoir le patron de la place Beauvau sur X (anciennement Twitter).

Présence renforcée des forces de sécurité autour des lieux de culte durant le Ramadan en France

L'instruction donnée aux préfets consiste en « une présence renforcée des forces de sécurité aux heures d'arrivée et de départ des fidèles lors des rassemblements et offices ». Gérald Darmanin a demandé à ce que l'accent soit mis sur « les lieux et édifices les plus sensibles et emblématiques (...) en coordination avec les forces de l'opération Sentinelle ». Il a également invité les préfets à intensifier les dispositifs de sécurité durant la nuit du destin (autour du 5 avril) et la fête de l’Aïd (autour du 10 avril).

Le ministre français de l'Intérieur a rappelé, par ailleurs, dans son instruction citée par plusieurs médias français, « le niveau élevé de la menace terroriste qui continue de peser sur notre pays, ainsi que la persistance des tensions au plan international en particulier dans le cadre du conflit israélo-palestinien (qui) exigent le maintien d'une extrême vigilance, notamment vis-à-vis des manifestations et des lieux à caractère religieux ».

Retour en haut
Share via
Copy link