Deux Algériens séquestrés par des trafiquants de drogue à Marseille

Deux jeunes Algériens en situation irrégulière ont été victimes de séquestration par des trafiquants de drogue à Marseille qui les forceraient à vendre des stupéfiant. Mais grâce à l’intervention de la police, ils ont été libérés le 26 mai dernier.

Selon le média La Province, qui rapporte l’information, les deux sans-papiers algériens auraient été retenus de force par des trafiquants de drague qui les forçaient à vendre des stupéfiants sous la menace. Les deux hommes, âgés de 22 et 24 ans, qui ont voyagé en Europe en quête d'une vie meilleure, se sont retrouvés séquestrés dans un appartement du 14e arrondissement de Marseille. Profitant de leur vulnérabilité, des trafiquants de drogue locaux les obligeaient à vendre des stupéfiants pour leur compte.

Fort heureusement, la police a réussi à les libérer dimanche dernier. Tout a commencé lorsque la famille des deux jeunes hommes, installée en Algérie, a cessé de recevoir de leurs nouvelles. Prise d'un sentiment de danger imminent, elle a contacté une connaissance à Marseille pour lui demander d'enquêter sur leur sort. Cette dernière, alertée par la situation et munie d'informations précises, a immédiatement contacté la police le dimanche soir.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche

Grâce aux informations de la famille et de la connaissance marseillaise, les forces de l'ordre ont rapidement été mobilisées. Utilisant des outils technologiques de pointe, notamment des applications mobiles de géolocalisation, les policiers ont réussi à localiser les deux jeunes hommes séquestrés dans le quartier de Font-Vert, dans le 14e arrondissement de Marseille.

Les victimes retrouvées saines et sauves

Lors de l'intervention, les victimes ont été retrouvées saines et sauves, mais psychologiquement affectées par le calvaire qu'elles ont vécu. Les deux jeunes hommes ont été immédiatement pris en charge par les autorités policières et conduits au commissariat pour porter plainte et bénéficier d'un soutien médical.

Face à la pénurie de « petites mains » pour écouler leurs produits illégaux, ces réseaux criminels n'hésitent plus à exploiter la vulnérabilité des migrants en situation irrégulière. Privés de leurs droits et souvent sans ressources, ces individus deviennent des cibles faciles pour les gangs qui les forcent, sous la menace et la violence, à participer à leurs activités illégales.


Vous aimez cet article ? Partagez !