Des mineurs acheminés depuis l'Afrique du Nord pour travailler dans les réseaux de cocaïne en Europe

De plus en plus de mineurs étrangers isolés en Europe se retrouvent otages d’organisations criminelles. C’est le cas notamment des mineurs algériens qui ont rejoint l’Europe comme harraga, c’est-à-dire de manière irrégulière. Nombreux sont, en effet, ces jeunes migrants algériens livrés à eux-mêmes dans différents pays d’Europe, qui se retrouvent entre les mailles de réseaux de trafiquants en tout genre.

Une récente enquête du journal britannique The Guardian révèle comment les trafiquants de drogue en Europe exploitent des mineurs isolés algériens et marocains, pour fructifier leur business. Abandonnés à leur sort, ces jeunes migrants, dont la majorité a rejoint l’Europe comme harraga à bord d’embarcations de fortune, sont devenus la proie des trafiquants de drogue en Europe.

Ces trafiquants font de plus en plus appel aux jeunes migrants algériens et marocains pour faire prospérer leur business, notamment à Bruxelles et à Paris, révèle cette enquête. Plusieurs centaines de mineurs non accompagnés (MNA) originaires d’Algérie et du Maroc sont déjà victimes de violences et de viols collectifs, pour les contraindre à vendre de la drogue, en Belgique, aux Pays-Bas, en Espagne et en France.

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

L’enquête du tabloïd britannique a révélé que des centaines, voire des milliers d'enfants africains ont été introduits dans le commerce florissant de la cocaïne en Europe. Le recours aux mineurs isolés d’Afrique du Nord dans ce trafic serait en train de s'exporter en Angleterre. « La police a récemment découvert un certain nombre d'enfants marocains et algériens, apparemment victimes de torture, qui, selon eux, ont été introduits dans le pays par des gangs de cocaïne », rapporte le journal britannique.

Des mineurs algériens exploités dans des activités criminelles en Europe

Des inquiétudes ont récemment été exprimées à Londres. Des réunions auxquelles participe la police et des responsables de la protection de l'enfance tentent d'identifier le réseau criminel qui se cache derrière un certain nombre d'enfants marocains et algériens retrouvés horriblement défigurés. Selon certaines sources, ces enfants auraient été torturés. « Les mineurs marocains et algériens sont particulièrement vulnérables et sont le plus souvent exploités par des gangs impliqués dans des activités criminelles telles que le trafic de drogue », affirme le commissaire judiciaire belge Éric Garbar.

En 2023, par exemple, la police anglaise avait fait état de la disparition de 136 enfants d'un hôtel de Brighton où ils étaient hébergés. En janvier dernier, six Algériens ont été condamnés en France pour traite d'être humain après avoir enrôlé de jeunes enfants dans le but de leur faire trafiquer de la drogue et commettre des vols avec violence. Ils repèrent d’abord les mineurs isolés, en grande majorité des Algériens et des Marocains sur le Champ-de-Mars à Paris. Puis, ils se mettent à gagner leur confiance en leur parlant en arabe.

Avec plus de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, le trafic de cocaïne est en pleine expansion en Europe. Les services de renseignement de la police britannique identifient une offre « illimitée » de main-d'œuvre enfantine vulnérable, acheminée depuis l'Afrique du Nord pour travailler dans les réseaux de cocaïne les plus importants d'Europe.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts


Vous aimez cet article ? Partagez !