Ce mardi 3 mars, les services de la section criminelle de la ville de Biskra, à 400 km de la capitale Alger, ont élucidé un crime dont la victime est une jeune femme d'une trentaine d'années.

Cette dernière était déjà morte à son admission à l’hôpital. Elle a été transportée à l'établissement de santé par ses proches et voisins qui pensaient qu'elle était victime d'une perte de conscience.

Suspectant une mort non naturelle, le médecin de garde au service des urgences de l’hôpital de Biskra ne tardera pas à alerter les service de sécurité. Une enquête a très vite été ouverte. Après autopsie sur ordre du procureur, il s'est avéré la jeune femme de 31 ans a été tuée par strangulation.

Les services de sécurité ont aussitôt lancé des investigations, en commençant par l'interrogation des membres de sa famille, notamment la mari de la victime, un commerçant d'une quarantaine d'années. Sous la pression des enquêteurs, ce dernier ne tardera pas à passer aux aveux.

En effet, après trois heures d'interrogatoire, il reconnaîtra avoir agi dans l'intention de donner la mort à son épouse, en utilisant son propre foulard pour l'étrangler. L'époux meurtrier ne donnera pas de détails sur les raisons réelles qui l'ont poussé à commettre ce crime effroyable qui a secoué toute la région.

Il est est placé en détention provisoire jusqu’à la date de son procès, lors duquel il sera jugé "pour meurtre avec préméditation". Pour l'heure, l’enquête de la police reste ouverte pour déterminer les causes exactes de l'homicide.

Lire aussi : Crime d’honneur en Algérie : Un homme poignarde mortellement son neveu