Le procureur de la République du tribunal de Aïn Defla, au Nord de l’Algérie, a ordonné, samedi 25 avril, le placement en garde à vue d'un jeune âgé de 21 ans. Celui-ci est poursuivi pour harcèlement, intimidation et chantage sur les réseaux sociaux. Il aurait menacé son ex-petite amie de diffuser ses photos intimes sur Facebook, afin d’obtenir de l'argent en échange, indique le journal arabophone Ennahar

Selon la même source, le mis en cause aurait profité de sa relation avec la jeune fille pour lui extorquer de l’argent en la menaçant de diffuser ses photos sur les réseaux sociaux. La jeune fille, âgée elle aussi de 21 ans, aurait remis à son maître-chanteur une somme de 100 millions de centimes ainsi que des bijoux.

Suite à une plainte déposée par la victime pour menaces et intimidations, les services de sécurité ont arrêté le jeune homme. Ce dernier aurait avoué avoir partagé les photos prises avec son portable avec l’un de ses amis.

Le procureur de la République du tribunal de Aïn Defla a placé le prévenu en détention préventive en attente de son procès. Il sera poursuivi pour "menace, atteinte et violation de la vie privée d'autrui".

Il faut dire que la cybercriminalité ne cesse d'augmenter en Algérie, comme c'est le cas partout dans le monde, du fait du développement des technologies de l'information et de la communication. Plus de 1 500 plaintes pour cybercrimes sont enregistrées chaque mois au niveau national.

En plus de différentes formes de criminalité, telles que l’intimidation, la fraude, le détournement de mineur, l’abus de confiance, l’escroquerie, l’espionnage, le vol d’informations et le terrorisme, figure, en tête de liste, l’atteinte aux personnes. Les menaces et insultes sont les cas les plus récurrents sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Algérie : Jusqu’à 10 ans de prison pour les auteurs des discours haineux et discriminatoires