La localité de Tazmalt, située au sud-ouest de la wilaya de Bejaïa, en Kabylie, a été secouée par une tentative de meurtre. Une adolescente de 17 ans a été sauvagement poignardée par son cousin germain, âgé de 18 ans, pour la simple et bonne raison qu'elle a refusé de l'épouser. Gravement blessée, elle a été évacuée d'urgence vers l’EPH d’Akbou, indiquent des sources locales.

Le jeune homme a tenté d’assassiner sa cousine parce que celle-ci a émis un refus catégorique à sa demande de mariage. Désemparé, le jeune homme n'a pas trouvé mieux que de lui asséner trois coups de couteau dans le dos et un quatrième qui lui a transpercé la main. Transférée à l’hôpital d'Akbou dans une situation critique, la jeune fille devrait se remettre de ses blessures, rassurent les services hospitaliers.

Selon le témoignage d'un proche de la victime, "cela fait un moment que le garçon s’est mis dans la tête qu'il allait épouser sa cousine. Il était décidé à en faire sa femme malgré le refus formulé par ses parents et ceux de la jeune fille".

Entre menaces et humiliations, l’adolescent n’a jamais cessé de harceler sa cousine. Il est allé jusqu’à s’immiscer dans sa vie privée. Mais cette fois, il a tout simplement voulu mettre fin à ses jours.

Une jeune femme retrouvée morte à Chlef

Par ailleurs, dans localité Bouzghaïa, à 30 km au nord de la wilaya de Chlef, une macabre découverte a été faite vendredi 29 mai. Le corps sans vie d’une jeune femme a été retrouvé vers 5h du matin devant la polyclinique de Bouzghaïa.

La victime n’a pas encore été identifiée. Mais selon les premiers éléments de l’enquête, elle serait approximativement âgée de 25 ans. La dépouille a été évacuée vers la morgue de l’hôpital de la ville de Chettia pour autopsie. De leur côté, les services de sécurité compétents ont ouvert une enquête afin d’élucider les circonstances de ce mystérieux féminicide.

Il faut noter que ce nouveau meurtre porte à 18 le nombre des féminicides médiatisés depuis le début de l'année en Algérie.

Lire aussi : Algérie : Les viols, violences et féminicides explosent pendant le confinement