Les compagnies d'assurances sont durement impactées par la crise sanitaire que connaît le pays. Durant les six premiers mois de l'année en cours, leur chiffre d'affaires a baissé de 25%. Les pertes de ces compagnies sont évaluées à plus de 2 000 milliards de centimes.

En effet, les compagnies d'assurances en Algérie ont accusé des déficits incommensurables durant le premier semestre de 2020. Les pertes se chiffrent à plus 2 000 milliards de centimes, soit une baisse de 25% de leur chiffre d'affaires par rapport à la même période de l'année 2019.

C'est l'Union algérienne des sociétés d'assurances et de réassurances (UAR) qui a révélé, ce lundi 3 août, le montant des pertes qu'avaient connues les compagnies d'assurances durant la crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus. Selon l'UAR, les pertes se chiffrent à plus de 2 000 milliards de centimes durant les six premiers mois de 2020.

Par ailleurs, les factures impayées des clients s’élèveraient à plus de 3 000 milliards de centimes, soit une hausse de 40% par rapport au premier semestre de l'année précédente. Cette situation a conduit de nombreux clients à geler leurs contrats d'assurances ou à réduire leur modèle d'assurances, d'une assurance tous risques à une assurance partielle.

En plus de tous ces déficits, les compagnies d'assurance se sont engagées à indemniser les assurés pour les pertes économiques occasionnées par la pandémie de coronavirus. Cependant, l'UAR a demandé, en contrepartie, au ministère des Finances un certain nombre de concessions. Il s'agit, entre autres, de lever toutes les charges fiscales de l'année 2020, d'exempter les entreprises qui n'étaient même pas en mesure de percevoir leur argent auprès des clients et de respecter leurs droits devant les impôts, "d'autant plus qu'elles ne pouvaient réaliser aucun revenu pendant la période de confinement", explique-t-on.

Lire aussi : Confinement : Quelles conséquences sur l’économie algérienne ?