La Brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ) relevant de la Sûreté de la wilaya de Constantine a démantelé une entreprise fictive de production de médicaments. L'opération a permis également la saisie d'une importante quantité de comprimés de différentes classes thérapeutiques.

En effet, la BMPJ de la wilaya de Constantine a démantelé, dimanche 2 août, une entreprise fictive de production de médicaments. Les forces de la Sûreté ont également arrêté deux personnes à la tête de ce trafic et ont saisi 462 600 éditions de comprimés de différentes classes thérapeutiques, ainsi que 150 000 substances hallucinogènes. L'information a été rapportée par l'Agence officielle (APS), citant un communiqué de la cellule de communication et des relations publiques de la Sûreté de la wilaya de Constantine.

Les forces de la Sûreté ont mené cette opération suite à une information faisant état d'une activité suspecte de vente de médicaments. Dans un premier temps, les policiers ont identifié plusieurs dépôts de stockage repartis sur plusieurs régions de la wilaya. Ensuite, ils ont effectué une perquisition des lieux identifiés. L'opération s'est soldée par la saisie d'un demi-million de comprimés de près de 20 millions de dinars, d'équipements informatiques et d'un véhicule.

Plusieurs chefs d'accusation retenus contre les prévenus

Les directions de la santé et du commerce de la wilaya ont déclenché une enquête approfondie. Selon la même source, les investigations ont démontré que la société était fictive, les factures et cachets étant falsifiés. La police a présenté les mis en cause devant le procureur de la République.

Ils sont notamment accusés de “faux et usage de faux dans des documents officiels”, “falsification de cachets”, “non-respect des lois régulant l’utilisation des médicaments et celles liées au contrôle administratif et technique concernant l’acquisition et la vente des comprimés psychotropes”, “possession, stockage et vente de manière illégale de produits pharmaceutiques dans le cadre d’un réseau criminel organisé”,

Lire aussi : Algérie : Des journalistes impliqués dans des affaires de chantage