Les services de la douane française ont arrêté deux sans-papiers algériens pour contrebande. Ces derniers ont été déférés devant le tribunal correctionnel et condamnés à trois mois de prison ferme. Pour leur défense, les deux Algériens ont affirmé avoir agi sous la contrainte, indique, vendredi 2 octobre, le journal français Média 7.

Selon la même source, lors d’un contrôle habituel à la barrière du péage de Pamiers, sur l’autoroute A 66 en direction de Toulouse, les douaniers ont procédé à la fouille d’une Peugeot 307 occupée par deux Algériens. Deux ballots contenant 67 cartouches de cigarettes blondes venant d’Andorre ont été trouvés.

La fouille au corps des deux sans-papiers a permis la découverte d'une somme de 1 050€ en numéraire. Les ressortissants algériens ont été interpellés et poursuivis pour contrebande de cigarettes et blanchiment d’argent. Ils ont soutenu avoir agi « à la demande d’un tiers ».

Les deux Algériens auraient agi sous la contrainte

Leur interrogatoire au tribunal correctionnel de Toulouse a révélé que la « demande d’un tiers » ressemble davantage à de fortes pressions. Dans leur box, les prévenus algériens ont expliqué avoir « été forcés » à se livrer à ce trafic de cigarettes par des gens rencontrés dans leur squat du quartier « La Reynerie », à Toulouse. « Ils nous menacent de nous tabasser si on n’obéit pas », déclarent-ils.

À lire aussi :  Suisse : Un détenu algérien retrouvé mort dans sa cellule

Si le procureur de la République de Foix veut bien croire que « ces passeurs sont contraints, vu leur situation, de commettre des infractions », l’administration des douanes, elle, réclame que les deux hommes soient reconnus « coupables de contrebande de cigarettes et de blanchiment d’argent ». Elle demande donc leur condamnation à « une amende douanière de 6 566€ et la valeur française des cigarettes retrouvées et une autre de 1 050€ », soit l’argent récupéré sur les deux prévenus.

Malgré une défense qui plaide la « clémence » pour les deux sans-papiers algériens, le tribunal a condamné les deux hommes à trois mois de prison avec maintien en détention et à payer solidairement 6 566€ pour la contrebande et 1 050€ pour le blanchiment.

Lire aussi : Expulsion des sans-papiers algériens : L’Europe veut accélérer la procédure