La compagnie aérienne Air Algérie compte bientôt déployer encore plus son réseau au niveau du continent africain. Une stratégie qui permettrait à la compagnie de se relancer, mais également de concurrencer les autres compagnies qui ont un réseau dense en Afrique, à l'image de la Royal Air Maroc (RAM).

Face aux énormes difficultés financières auxquelles fait face la compagnie Air Algérie, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a demandé à revoir le mode de gestion de la compagnie nationale. Le chef de l'Etat algérien a notamment demandé de renforcer la présence de la compagnie algérienne au niveau du continent africain.

Pour cela, il a ordonné la création d'une plateforme pour un hub aéroportuaire (plateforme de correspondance) de l’Algérie à la ville du sud, Tamanrasset en collaboration avec les spécialistes et experts. Un projet qui vise à faciliter l'accès de la compagnie Air Algérie à de nouvelles lignes, notamment vers l’Afrique.

Air Algérie veut bousculer la RAM et Ethiopian Airlines

Mais la mission d'Air Algérie ne sera pas aisée, car elle aura à faire à la rude concurrence des autres compagnies qui ont un réseau dense en Afrique. Il s'agit notamment de la compagnie Ethiopian Airlines, première compagnie africaine et de la compagnie marocaine Royal Air Maroc (RAM) qui affiche de grandes ambitions.

Néanmoins, l'Algérie compte exploiter la conjoncture économique mondiale qui prévaut actuellement. Air Algérie veut en effet profiter de la situation délicate dont souffre la Royal Air Maroc qui a récemment enclenché un plan de réduction des effectifs et un rétrécissement de la flotte, avec la vente de plusieurs de ses avions.

Mais pour réussir son pari, la compagnie Air Algérie devra déployer de gros moyens. Cela passe notamment par l'amélioration de ses services et le renouvellement de sa flotte. Pour cela, la compagnie nationale devra avoir l’appui du gouvernement algérien qui s'est dit prêt à relancer et à restructurer la compagnie afin qu'elle reparte du bon pied.

Lire aussi : Air Algérie va perdre le monopole du transport aérien