Le tribunal correctionnel de Sidi M'hamed à Alger a ouvert le dossier de deux employés de la Banque Nationale algérienne (BNA), poursuivis pour détournement de fonds en devises de plusieurs clients de la banque. Les deux accusés dans l'affaire sont le trésorier et le caissier de cette agence, rapporte ce mardi 27 octobre le quotidien arabophone Ennahar.

Tout avait commencé lorsque les services de sécurité ont reçu une plainte de la part de 7 clients de l'agence de la Banque nationale algérienne (BNA) située à El Mouradia, à Alger. Les victimes ont affirmé que de grosses sommes d'argent en devises ont disparu de leurs comptes bancaires.

Selon ce qui a été dit lors du procès, tout avait commencé en mars 2018, lorsque le trésorier de la banque avait volé le mot de passe de l'ordinateur du caissier qui lui donnait accès aux comptes des clients. Par la suite, le trésorier a utilisé les données des clients pour retirer de grosses sommes d'argent en devises de leurs comptes. Pour cela, il a utilisé 50 chèques avec de fausses signatures des victimes pour retirer l'argent dont la valeur totale est estimée à plus d'un milliard de centimes en monnaie algérienne.

Les accusés nient tous les faits

Présenté devant le tribunal de Sidi M'hamed, le trésorier a complètement nié les faits qui lui sont reprochés, tout en affirmant qu'il n'était pas le seul à avoir le mot de passe de l'ordinateur du caissier. Ce dernier a également porté toute la responsabilité sur le dos du trésorier, niant toute implication dans l'affaire.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Cité également dans l'affaire, l'ancien directeur de la banque a de son côté déclaré qu'il n'était pas au courant de l'affaire de détournement de fonds, et que son intervention dans les opérations des retraits d'argent se limitait aux cas où le montant du retrait dépassait les mille euros.

Après avoir écouté toutes les parties, le procureur de la République a finalement requis une peine de 5 ans d'emprisonnement aux accusés, assortie d'une amende d'un million de dinars. Ils font l'objet d’accusations liées au détournement de fonds privés, de falsification, et d'usage de faux documents bancaires, d’abus de pouvoir et de négligence. Le verdict dans cette affaire sera connu la semaine prochaine.

Lire aussi : Algérie : Des escrocs créent une fausse cagnotte au nom de la solidarité