Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali, a fait savoir que le projet de loi de finances (PLF 2021) était élaboré dans le cadre de la politique de rationalisation des dépenses publiques. Il a aussi indiqué que le projet en question visait la préservation du pouvoir d’achat du citoyen.

En effet, le ministre de l'Industrie Ferhat Aït Ali a affirmé, ce mardi 3 novembre devant la Commission des finances de l’Assemblée populaire nationale (APN), que le projet de loi de finances (PLF 2021) « vise la préservation du pouvoir d’achat pour l’ensemble des catégories sociales, notamment celles à revenu limité sans pour autant entamer le caractère social de l'Etat ». Expliquant que ce projet a été élaboré dans le cadre de la politique de rationalisation des dépenses publiques aux fins de préserver les équilibres financiers et un taux d'inflation bas.

Ce que prévoit le projet de loi de finances 2021

Ainsi, le ministre explique que ce projet de loi prévoit une enveloppe financière des dépenses de fonctionnement de l’ordre de 4,53 milliards de dinars, soit une baisse de 120 millions de dinars. Il prévoit également un plan de charges de 2,5 milliards de dinars pour encadrer les dépenses prises en charge par le Fonds spécial numéro 302-124 « fonds national d'habilitation des PME, de soutien à l'investissement et de promotion de la compétitivité industrielle », souligne le ministre.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Par ailleurs, Ferhat Aït Ali fait savoir que les dépenses liées à la prise en charge des salaires des fonctionnaires sont de l’ordre de 889 millions de dinars pour la prise en charge des salaires de l’Administration centrale et de l’ordre de 1,66 milliards de dinars pour la prise en charge des services décentralisés.

Enfin, le ministre a évoqué les mesures fiscales et parafiscales proposées par son département, qui devraient, selon lui, améliorer le climat d’affaires et faciliter l’entrée des partenaires étrangers et développer l’investissement productif. Rappelant la situation économique délicate que traverse le pays, notamment avec le recul des cours de pétrole.

Lire aussi : Transfert de devises vers l’étranger : L’Algérie fixe de nouvelles règles