Les prix du baril de pétrole ont connu, ce lundi 15 février, leur plus haut niveau depuis plus d’un an. Ainsi, après des mois de chutes successives, causées principalement par la pandémie de coronavirus, les prix du pétrole repartent à la hausse.

En effet, les cours du pétrole ont continué, ce lundi matin, leur tendance haussière. Pour la première fois depuis treize mois, le coût du baril de Brent de la mer du Nord (référence pour le pétrole algérien) a franchi la barre des 63 dollars. Il a enregistré une nouvelle hausse de 1.31% pour se stabiliser à 63,27 dollars le baril. Le prix du baril du West Texas Intermediate (WTI) poursuit également sa progression. Il a enregistré cette matinée une augmentation de 1,27%, affichant 60,47 dollars.

Ainsi, après une période difficile, le marché pétrolier renoue avec son dynamisme. Cette hausse s’explique essentiellement par la relance relative de l’économie mondiale suite aux décisions prises par différents gouvernements. Aussi, la mesure prise par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole+ (OPEP+) de baisser la production en février et mars a boosté les cours de l'or noir.

La campagne de vaccination est salvatrice pour le marché pétrolier

L'autre facteur à l'origine de la relance du marché pétrolier est le lancement la campagne de vaccination contre la pandémie de la Covid-19. Il est attendu à travers cette opération de santé, qui a débuté depuis plus d’un mois, un retour à la normale des activités économiques et, partant, la reprise de la demande sur l'or noir. « Le déploiement progressif des vaccins dans le monde (…), un facteur positif pour le reste de l’année, qui stimulera l’économie mondiale et la demande de pétrole », estime l’OPEP.

À lire aussi :  Voitures de moins de 3 ans : la Douane explique les taxes

Lire aussi : Pourquoi l’Algérie ne profite pas de la hausse des prix du pétrole ?