Le dinar algérien continue sa chute vertigineuse enclenchée depuis plusieurs semaines face aux principales devises étrangères. Jeudi 25 mars, le dollar américain a battu un nouveau record face à la monnaie nationale sur le marché officiel des devises, en dépassant le seuil des 134 dinars, selon les dernières cotations de la Banque d'Algérie.

La dépréciation du dinar continue sur le marché officiel. Selon les derniers chiffres de la Banque d’Algérie, mis à jour jeudi 25 mars 2021, le dollar américain s’échange à 134,21 dinars à l’achat et à 134,23 dinars à la vente. Il s’agit là d’un nouveau record historique pour le dollar face à la monnaie nationale.

Pour sa part, l'euro a connu une légère baisse face au dinar algérien. Selon la même institution financière, la monnaie européenne vaut désormais 158,44 dinars à l’achat et 158,60 dinars à la vente. La monnaie de l'UE, qui avait dépassé les 162 dinars en janvier, s'est stabilisée depuis quelques semaines.

Le double discours du ministre des Finances

En octobre dernier, lors d’un exposé sur le projet de loi de finances 2021, le ministre algérien des Finances, Aymen Benabderrahmane avait prédit une nette dévaluation du dinar algérien face au dollar américain, afin de juguler le déficit budgétaire de l’Etat. Il avait annoncé que le taux de change du dinar algérien allait atteindre une moyenne annuelle de 142,20 pour l’année 2021 sur le marché officiel de change. Le même responsable prévoyait même d’autres chutes du dinar algérien : jusqu’à 149,31 DA en 2022 et 156,78 DA en 2023. Soit une hausse d’environ 5% par an.

Mais dans une récente déclaration, faite le 13 mars, le même responsable a assuré que la monnaie nationale « se redressera » avant la fin de l’année en cours, indiquant que son secteur entreprend actuellement une « réévaluation de la monnaie nationale en fonction des capacités de l’économie nationale ». Et d'ajouter que « la monnaie nationale n’est pas en cours d’effondrement, comme la décrivent certains. Elle est, selon lui, en phase de redressement ».

Ce changement de discours du responsable du secteur serait peut-être destiné à calmer les inquiétudes des Algériens quant à la situation économique de leur pays, surtout face à leur pouvoir d’achat en continuelle dégringolade.

Lire également : Taux de change de l’euro face au dinar algérien sur le marché noir (24/03/21)