Les prix des voitures continueront d’augmenter l’année prochaine. C’est ce que prévoit le directeur général du Centre arabo-africain d’investissement et de développement (CAAID), Amine Boutalbi. Dans une déclaration accordée, vendredi 2 avril, à la Radio locale de Sétif, il appelle au retour à l’importation des véhicules de moins de 3 ans.

Le directeur général du CAAID explique que « la stabilité du marché automobile est liée à la décision du gouvernement d’importer des voitures d’occasion de moins de 3 ans et à la reprise de l’industrie automobile en Algérie ». L’expert prévoit la continuité de la hausse des prix des voitures jusqu’à l’année prochaine (2022). Il explique que la demande est beaucoup plus importante que l’offre, précisant que les institutions étatiques, à elles seules, ont besoin de plus de 120 000 véhicules.

A noter que le nouveau ministre de l’Industrie, Mohamed Bacha, a remis en cause toutes les décisions de son prédécesseur, Ferhat Aït Ali, suspendant ainsi le processus d’agrément des nouveaux concessionnaires qui allait débaucher sur le début de l’importation. Le nouveau ministre compte changer d’orientation. Vraisemblablement, l’Algérie se dirige vers le retour à l’activité de montage et au gel de l’importation.

Selon Adel Bensaci, le président du Conseil national consultatif de la petite et la moyenne entreprise (CNCPME), « il y a des constructeurs automobiles qui ont reçu l’autorisation de relancer leurs lignes de montage afin déjà, de solder tous les encours de fabrication et de permettre de lever la pression sur la demande de véhicules ». Cette nouvelle stratégie a aussi pour objectif de sauver des centaines d’emplois en danger.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

« Il faut continuer mais il faut surtout accélérer le processus, parce que 150 000 emplois directs, ça représente au moins le double voire le triple en emplois indirects, que ce soit pour l’industrie mécanique, métallurgique et plastique », avait déclaré le président du CNCPME.

lire aussi : Importation des voitures neuves en Algérie : Faut-il supprimer le système des quotas ?