Les prix des véhicules montés en Algérie devront connaître une hausse conséquente dès la reprise de l'activité du montage automobile dans le pays. En effet, des hausses qui vont osciller entre 20 à 30 % sont attendues sur le prix total des voitures, soit des augmentations qui pourraient dépasser 50 millions de centimes sur certains modèles.

Alors que les usines de montage automobile sont sur le point de reprendre du service après un arrêt de 2 ans, les prix des voitures assemblées en Algérie devraient connaître une hausse considérable. Citant une source proche du dossier, le quotidien francophone Le Soir d'Algérie a indiqué que les voitures montées en Algérie subiraient entre 20 et 30% de hausse par rapport aux anciens prix.

Se basant sur ces chiffres, le quotidien a pris l'exemple des véhicules montés par l'usine Renault Algérie. Alors qu'elle se vendait auparavant à 1 639 000 dinars, le prix de la Renault Symbol devrait passer à 2 048 000 dinars, après avoir subi une hausse approximative de 25 %. La Renault Clio, dont le prix initial était de 2 149 000 dinars, devrait connaître une augmentation de plus de 50 millions de centimes. Elle s'affichera donc à 2 686 000 dinars.

Les raisons de la hausse des prix des voitures assemblées en Algérie

La même source est revenue sur les raisons d'une telle hausse. En plus des droits de douane, variant entre 5% et 15% du prix des véhicules, les différents opérateurs devront désormais s'acquitter de la TVA de 19 %, après que la période d’exonération de paiement des droits et taxes de 5 ans a pris fin.

À lire aussi :  Comment l'Algérie peut capter l'argent de l'informel : la solution du ministre des Finance

Décidée par le gouvernement de Ahmed Ouyahia, la nouvelle taxe sur le véhicule neuf (à partir de 70 000 dinars) fait également partie des raisons qui pousseront les opérateurs à augmenter les prix des voitures assemblées en Algérie. Notons enfin que les investisseurs devront régler les frais liés à la longue période de stockage des kits SKD bloqués depuis presque deux années dans les ports du pays.

Autant de paramètres qui feront en sorte que les prix des voitures montées en Algérie vont flamber. Une situation qui arrange plus ceux qui revendent des véhicules sur les marchés à des prix exorbitants. Une donne loin de faire l'affaire du simple citoyen algérien, qui attend avec impatience la reprise de l'importation dans l'espoir de s'offrir un véhicule à un prix raisonnable.