Fin de cavale pour un sans-papiers algérien qui agissait sous de fausses identités pour commettre ses forfaits. Répondant au nom de Abdelah, ce clandestin a été en effet appréhendé dernièrement par la police. Il a été d'ailleurs condamné à la prison ferme par tribunal correctionnel de Perpignan.

Le sans-papiers algérien, raconte le journal française l'Indépendant qui rapporté l'information, a été arrêté le 4 juin pour un fait tout à fait anodin. Il avait, ce jour-là, livré une fausse identité aux policiers qui l'interpellaient pour une simple fouille de routine. Il avait également refusé la prise d'empruntes digitales.

Ce refus a suscité des doutes chez les services de sécurité, qui ont enclenché une enquête. Il s'est alors avéré que l'individu traine un passé pas du tout reluisant.

L'enquête a permis de découvrir que Abdelah a, à son actif, plusieurs affaires et agissait sous de faux noms. Il a été condamné dans le passé sous une autre identité  pour vols, usage de stupéfiants et aussi violences sur sa compagne. Il a été, selon la même source, condamné à 4 mois de prison ferme. Sans la crise sanitaire, il aurait pu être expulsé en Algérie en 2020, ajoute-t-on.

Le sans-papiers algérien agissait sous 9 alias

L'enquête a pu ainsi résoudre une véritable énigme pour la justice française sue cette personnes qui agissait sous 9 alias. « Enfin, nous n’aurons plus qu’un seul casier judiciaire, maintenant que nous avons pu retrouver les 9 alias qu’il utilisait. Et on y compte huit mentions en l’espace de 4 ans.  On commence à pouvoir se faire une vraie idée de lui ». a indiqué le procureur lors du procès tenu au niveau du tribunal correctionnel de Perpignan.

Le sans-papiers algérien a été condamne à 6 mois de prison avec maintien en détention et à 3 ans d’interdiction du territoire, souligne le même journal.