Un ressortissant algérien, âgé de 33 ans et résidant au Québec, s’est rendu à la police après avoir tué sa femme, âgée de 55 ans. Le drame a eu lieu le 15 juin. Cet homme, Noureddine Mimouni, est accusé du meurtre au deuxième degré de Nathalie Piché, cette femme dont le corps inanimé a été retrouvé à l’intérieur d’un logement du quartier Limoilou, au Québec.

Le ressortissant algérien a comparu, mardi 15 juin, par vidéoconférence devant le juge Steve Magnan, de la Cour du Québec, selon le site de Radio Canada. Il restera détenu au moins jusqu'à sa comparution pour remise en liberté le 29 juin.

Selon la même source, l’accusé s'est présenté à la centrale du parc Victoria vers 4 h, mardi matin, afin de se livrer aux policiers. Il a été hospitalisé pour un choc nerveux avant d'être interrogé par des enquêteurs de l'Unité des crimes majeurs.

L'Algérien aurait tué sa compagne dans une dispute

Noureddine Mimouni demeure dans le même immeuble d’habitation de l’avenue Duval où le corps de Nathalie Piché, âgée de 55 ans, a été découvert. Selon le voisinage, Noureddine Mimouni était le conjoint de la victime. Les policiers du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) s’étaient rendus sur place après avoir reçu un appel pour une dispute conjugale vers 2 h. À leur arrivée sur place, les policiers vont constater le corps inanimé d'une femme, dans la cinquantaine, qui porte des marques de violence. Malheureusement, la femme est décédée, souligne Sandra Dion, porte-parole du SPVQ Service de police de la Ville de Québec. « Personne d'autre ne se trouvait dans le logement au moment de la macabre découverte », ajoute-t-elle.

À lire aussi :  France : Un Algérien arrêté après avoir commis 13 vols en une nuit

La Canadienne dénonçait un « mariage frauduleux »

Selon plusieurs sources médiatiques, le jeune homme arrivé au Canada en septembre 2020, s’est marié avec Nathalie Piché, mais la relation a tourné au cauchemar pour la victime, qui a évoqué « un mariage frauduleux » sur un groupe Facebook.

Après un mois de mariage, elle a déposé plainte contre Mimouni. Celui-ci a dû signer un engagement devant le juge de ne pas entrer en contact avec sa victime, mais cette condition a été levée au bout d’un mois. La reprise de contact du couple a mal tourné, jusqu’à ce que la situation dégénère dramatiquement, ce mardi 15 juin.

Recrudescence des féminicides au Québec

Il s'agit du premier meurtre de l'année à Québec et vraisemblablement du 13e féminicide en 2021 dans la province. Tandis que 23 femmes ont été tuées en 2020. Cette flambée de violence a poussé le gouvernement de François Legault à agir contre ce fléau. Le Comité interministériel qui a été créé est présidé par la vice-Première ministre, Geneviève Guilbault. Une enveloppe financière de 200 millions de dollars a été dégagée pour lutter contre la violence faite aux femmes.