L’ancien Premier ministre Noureddine Bedoui semble être rattrapé par des affaires de corruption qui remontent au temps où il assumait les fonctions de wali à Constantine. Selon une source médiatique, le dossier de l’ancien Premier ministre du président déchu Abdelaziz Bouteflika a été transmis il y a quelques jours à la justice.

Noureddine Bedoui, impliqué dans des affaires liées à la corruption et au trafic du foncier du temps où il était wali à Constantine, vient d’être entendu pour la dernière fois par les services de sécurité de la capitale de l’Est, a indiqué le quotidien Le Soir d’Algérie dans son édition du mercredi 23 juin. L’instruction étant bouclée, le dossier a été transmis au parquet il y a quelques jours, ajoute la même source sans donner plus détails.

Noureddine Bedoui entendu en sa qualité d’ancien wali à Constantine

Pour rappel, en février dernier, soit moins de 2 mois après avoir quitté ses fonctions de Premier ministre à la suite de l’élection de Abdelmadjid Tebboune comme nouveau chef de l’État, Noureddine Bedoui a été entendu par la justice dans des affaires liées à la corruption. Le prédécesseur de Abdelaziz Djerad a été appelé à se présenter devant le juge d’instruction près le tribunal de Constantine, où il a été entendu par le juge d’instruction, en sa qualité d’ancien wali de Constantine entre 2010 et 2015.

Selon des informations du quotidien El Watan, Noureddine Bedoui n’était pas le seul haut responsable qui devrait se rendre chez le juge d’instruction dans le cadre de cette affaire qui concerne « une vaste enquête menée par les services de sécurité sur le projet de la nouvelle aérogare internationale Mohamed Boudiaf et qui aurait été marqué par de graves dépassements financiers », affirmait le quotidien dans son édition du 14 février 2021.

Un dossier lourd qui a révélé, selon la même source, de graves dépassements constatés dans la gestion de ce projet, qui a englouti des sommes énormes et connu des retards considérables. Pour rappel, le projet, l’un des plus vieux de la wilaya à l’époque, a été lancé en 2001 pour un montant initial de 441 millions de dinars, a connu moult problèmes en l’absence des bureaux d’études engagés à cause de la situation sécuritaire.

Cela a pris 12 ans pour qu’il soit mis en service, en juin 2013. La structure s’étend sur une superficie de plus de 80000 m² et elle a été conçue pour accueillir plus d’un million de voyageurs par an. Les travaux de construction et les équipements, qui devraient être de haute de gamme pour cet investissement public, ont coûté 2954 milliards de dinars après plusieurs réévaluations, soit près de huit fois le coût initial.