C’est à une ingérence dans les affaires internes de la Tunisie que le parti islamiste algérien Mouvement de la société pour la paix (MSP) a fait appel ce lundi 26 juillet. À l’issue de la réunion de son bureau politique au lendemain des événements qui ont eu lieu en Tunisie, le MSP a explicitement demandé à l’Etat algérien de « soutenir les institutions tunisiennes légitimes » et à « condamner » ce que le mouvement islamiste qualifie de « coup d'État » en Tunisie.

À la suite des changements politiques en Tunisie, le Bureau exécutif du Mouvement pour la société et la paix (MSP) a été convoqué ce lundi 26 juillet pour étudier la situation actuelle. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le MSP a considéré ce qui se passe en Tunisie « comme un coup d'État contre la Constitution tunisienne et contre la volonté populaire de nos frères tunisiens » exprimés lors des élections législatives précédentes et « un échec systématique de la transition démocratique tunisienne qui a créé l'excellence et l'espoir des Tunisiens et des peuples libres dans le monde ».

Le président de la République tunisienne Kaïs Saïed a annoncé, dimanche 25 juillet 2021, lors d’une réunion d’urgence avec des dirigeants sécuritaires et militaires qu’il a décidé, conformément aux dispositions de l’article 80 de la Constitution, de geler les travaux du Parlement tunisien pendant 30 jours et de lever l’immunité sur tous les députés. Kaïs Saïed a également annoncé qu’il va présider le ministère public afin de poursuivre en justice les députés ayant des affaires en cours.

À lire aussi :  Pourquoi Élisabeth Borne visite-t-elle l'Algérie ?

« Une image des coup d'État dans les pays arabes », estime le MSP

Pour le mouvement islamiste algérien (MSP), grand soutien d'Ennahdha tunisien, « ce qui s'est passé en Tunisie représente une image des coup d'État dans les pays arabes qui sont parrainés par des régimes connus qui ont conduit les pays victimes à un chaos et plus de sous-développement, d'effondrement économique et de déchirures sociales ».

Dans sa déclaration sanctionnant les travaux de son bureau exécutif, le parti de Abderrazak Makri
« invite le peuple tunisien à s'accrocher à ses institutions légitimes, à refuser le coup d'État et à résoudre ses problèmes par le dialogue et le large consensus à travers les solutions constitutionnelles pour dépasser les divergences réelles ou fomentés ».

Le MSP appelle l'Algérie à contrer l'action du président tunisien

Le MSP, représentant du mouvement des frères musulmans en Algérie, invite également la communauté internationale et les organisations régionales et internationales à « condamner le coup d'État comme contraire à la légitimité et représente un danger pour la sécurité et la stabilité dans toute la région ».  Dans son appel, le MSP a surtout demandé au « régime algérien », selon les termes de la déclaration, à « soutenir les institutions légitimes tunisiennes, à condamner le coup d'État, à considérer les décisions unilatérales dangereuses pour la Tunisie et ses environs, et à aider les Tunisiens à surmonter leurs problèmes politiques et économiques ».