Depuis le début des incendies ravageurs qui frappent le nord de l'Algérie, et particulièrement la région de la Kabylie, la diaspora algérienne en France s'organise pour apporter son aide aux sinistrés. Des anonymes, des membres d'associations et des élus de plusieurs municipalités et régions de France se sont joints aux appels à la solidarité en initiant des actions au profit des populations sinistrées et des victimes de ces incendies meurtriers.

Ces feux ont fait plus de 75 morts, dont 69 en Kabylie. Les membres de la diaspora algérienne ne cessent de s'organiser aux quatre coins de la France pour venir en aides aux victimes. De Paris à Lyon, en passant par Marseille et Toulouse, en ne citant que ces importantes villes, des associations recueillent des dons pour les envoyer aux victimes des incendies en Algérie.

Toulouse : la solidarité pour les victimes des incendies bat son plein

À Toulouse (Haute-Garonne), l'association médicale Hope – déjà à l'origine d'une collecte record de plus de 120'000 euros pour aider avec la pandémie du Covid-19 – continue sur sa lancée. Cette double-catastrophe nécessite le même type d'appareillage indispensable en cas d'insuffisance respiratoire. « Avec le feu, on a des intoxications au monoxyde de carbone, là aussi il faut oxygéner ces gens, donc la situation est gravissime », affirme Reda Hassaïne, médecin et vice-président de Medical Hope ce samedi 14 août au micro de Franceinfo.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Dans un autre quartier de Toulouse, deux jeunes femmes d'origine kabyle ont acheté de quoi soulager ceux qui en ont besoin au pays. « Le plus difficile pour eux, c'est qu'ils savent très bien qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes […] les flammes auraient pu être contenues bien avant si quelque chose avait été fait », déplore Rim-Sarah Alouane, donatrice.

L'association Amitié populaire franco-algérienne de Lyon s'active pour aider les victimes en Algérie

À Lyon (dans la région du Rhône), le petit local de l'association Amitié populaire franco-algérienne s'est transformé en ruche. Ils sont des dizaines à déposer des sacs de médicaments, répondant ainsi à l'appel de l'organisation sur les réseaux sociaux. Anissa est venue de Villefranche, en banlieue lyonnaise, déposer « beaucoup de Doliprane, de Dafalgan, des thermomètres, des pansements de gaze, quelques compresses, des pansements et du gel hydro-alcoolique ». Elle affirme, au micro de Franceinfo, avoir vidé l'armoire à pharmacie, « celle de ma belle-mère, de ma mère, d'une tante. Pour la bonne cause ! »

À Argenteuil (Val-d'Oise), la solidarité est tellement importante que le local réservé a été obligée de refuser les nouveaux dons, vendredi 13 août, faute de place pour les stocker. Le portail est fermé, mais les voitures continuent d'arriver, le coffre plein. « On est organisés en famille, on a appelé les oncles, les tantes, les cousines, pour savoir s'ils avaient des choses à donner », témoigne un homme.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Des médicaments récoltés à Marseille pour les victimes des incendies en Algérie

Une centaine de personnes s'est rassemblée sur le Vieux-Port à Marseille, jeudi 12 août, en solidarité avec les Algériens. Selon France 3, des dizaines de sacs de médicaments ont été récoltés pour les victimes d’incendies en Kabylie. Ils seront transportés par bateau en début de semaine prochaine.

Certains bénévoles ont fait deux heures de route, ils viennent d’Antibes, de Nice ou d’Avignon. Les donateurs affluent, les mains remplies de sacs de médicaments. À l’intérieur : des Doliprane, des tulles gras, des sérums physiologiques ou encore des tubes de Biafine pour soigner les blessés des incendies en Algérie.

Les médicaments  seront réceptionnés par le CRA de Larbaâ Nath Irathen

La récolte est ensuite stockée dans des locaux tenus secret pour question de sécurité. Un bateau transportera tous les médicaments. Il partira lundi ou mardi depuis le port de Marseille en direction d’Alger. Arrivée dans la capitale algérienne, la marchandise sera réceptionnée par le Croissant-Rouge de Larbaâ Nath Irathen dans la wilaya de Tizi-Ouzou. Le CRA s’occupera de distribuer les soins médicaux aux blessés des incendies.

Pour faciliter la distribution de cette aide humanitaire, les médicaments récoltés sont délivrés sans ordonnance. « J’ai eu l’idée de récolter des dons humanitaires car les hôpitaux en Algérie sont en manque de médicaments », explique à France 3  Feroudja Daoudi-Aba, une jeune franco-algérienne âgée de 32 ans, à l’origine d'une de ces initiatives solidaires.