L'enclave espagnole de Ceuta avait vu arriver, en mai dernier, entre 8'000 et 10'000 migrants marocains en l'espace de 48 heures. Une vague migratoire inédite à la faveur d'un relâchement des contrôles par Rabat sur fond de crise diplomatique avec Madrid au sujet de l'accueil en Espagne du chef du Front Polisario pour y être soigné. Environ 2500 migrants, tous âges confondus, étaient encore présents dans l'enclave fin juillet, d'après le chef du gouvernement local Juan Rivas.

Les autorités espagnoles entament le renvoi de près de 800 mineurs marocains

Devant cette situation inédite, les autorités espagnoles ont entamé le 13 août l'expulsion vers le Maroc de quelque 800 migrants mineurs non accompagnés, encore présents sur le territoire de l'enclave de Ceuta. Des mineurs marocains ont commencé à être escortés par la police vers la frontière vendredi dans la journée, d'après des images diffusées le 14 août par le média local El Faro de Ceuta.

Selon la radio espagnole Cadena Ser, ces expulsions de mineurs marocains non accompagnés ont été ordonnées le 10 août par le ministère espagnol de l'Intérieur dans un courrier à la préfecture et au gouvernement local. Cette petite enclave comptait encore près de 820 jeunes en juillet, d'après le parquet de Ceuta chargé des mineurs.

À lire aussi :  Campus France : Voici les nouvelles conditions pour les étudiants

Des ONG dénoncent le renvoi des mineurs marocains

Mais cette expulsion de mineurs marocains provoque des critiques d’un peu partout. De l’opposition de droite, du parti de gauche Podemos membre de la coalition gouvernementale, de certains ministères et aussi de la part d’organisations non gouvernementales qui travaillent pour les droits des mineurs migrants.

L'ONG Save The Children a annoncé vendredi 13 août qu'elle allait « porter plainte pour tenter de suspendre ces expulsions controversées ». L'arbitrage sur le renvoi des migrants mineurs prend du temps car chaque cas doit être évalué par les autorités qui déterminent s'il est dans leur intérêt de les renvoyer, le dernier mot revenant à la préfecture.

Des milliers de migrants et harraga arrivent chaque mois en Espagne

En mai dernier, environ un millier de migrants mineurs marocains se trouvaient toujours dans l’enclave espagnole de Ceuta, d’après les autorités espagnoles. Ces mineurs non accompagnés errent dans les rues ou sont hébergés dans des centres gérés par les autorités locales, qui doivent étudier chaque cas pour décider d’un renvoi vers le Maroc ou d’un maintien en Espagne.

Rappelons aussi que durant le mois de juillet 2021, plus de 2000 harraga algériens étaient arrivés en Espagne. Le 7 août dernier, les autorités espagnols avaient encore annoncé l'interception de six bateaux, avec à leur bord près d'une centaine de migrants algériens.