Le septième art français est en deuil. Il a perdu, ce lundi 6 septembre 2021, un de ses « As ». « Un géant, Un monstre ». Il s'agit de l'acteur Jean-Paul Belmondo, qui a tiré sa révérence à l'âge de 88 ans. La triste nouvelle qui a vite fait le tour sur la toile a été annoncée par son avocat. « Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s'est éteint tranquillement », a précisé ce dernier.

Jean-Paul Belmondo s'en va en laissant derrière lui une œuvre inestimable et surtout intarissable. Dans sa longue et riche carrière, il a participé à plus de 80 films et 30 pièces théâtrales. Né le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et issu d'une famille d'artistes. Son père, sculpteur de renom, est né à Alger. Belmondo se lança dans le cinéma vers la fin des années 1950, mais c'est durant les années 1960 qu'il se révéla au grand public.

À bout de souffle (1960), Léon Morin, prêtre (1961), Un singe en hiver (1962), L'Homme de Rio (1964), Cent mille dollars au soleil (1964) ont fait de lui un des acteurs les plus célèbres de son époque. Sa carrière prendra, depuis, une autre dimension. Il enchaina ensuite avec d'autres films : Borsalino (1970), Le Casse (1971), Le Magnifique (1973), Le Professionnel (1981) et Hold-up (1985).

À lire aussi :  L'imam djihadiste Youssef al-Qaradâwî est décédé à l'âge de 96 ans

Le public algérien pleure Jean-Paul Belmondo

En Algérie, Jean-Paul Belmondo était tout aussi connu et estimé. Il a en effet bercé des générations entières avec les personnages qu'il a incarnés dans les différents films qu'il a tournés. Durant les années 1970 et 1980, la télévision publique algérienne (ENTV), unique sur le paysage audiovisuel du pays, diffusait les films de cet acteurs assez régulièrement.

C'est ainsi qu'il a été adopté par le public algérien de ces années. Ce dernier ne peut d'ailleurs que pleurer Jean-Paul Belmondo en apprenant la nouvelle de son décès. En effet, les messages d'hommages ne se sont pas fait attendre des internautes algériens, qui se souviennent encore de ce visage qui leur est devenu familier au fil des ans. Il est clair que le défunt  restera certainement éternel pour le cinéma français, mais aussi pour ses fans qu'il compte un peu partout dans le monde.