Un Algérien âgé de 42 ans établi en France risque 30 de prison pour avoir tenté de tuer sa fille. Le procès de cette affaire, dont les faits remontent à 2018, s’est ouvert lundi 27 septembre 2021 devant la cour d’assises de Paris. Le procès se poursuivra encore durant les trois prochains jours, indique le journal le parisien qui a rapporté l’information.

L’histoire qui donne véritablement froid dans le dos s’est déroulée le 18 décembre 2018. Ce jour-là, le jeune algérien répondant au nom de Samir B. a tenté de tuer sa propre fille âgée alors d’un peu plus de deux ans. Pour ce faire, il n’a pas hésité à la jeter du haut d’un pont avant de se jeter lui-même dans le vide dans une tentative, vraisemblablement de suicide.

Cet acte a eu lieu au niveau de la porte de Vincennes, près de Paris devant les regards de son épouse qui avait cru au pire. Miraculeusement, la fillette qui avait fait une chute de 7 mètres s’en est sortie indemne. Idem d’ailleurs pour son père.

Mais qu’est-ce qui a poussé ce père de famille à vouloir tuer ainsi sa propre fille ? Son épouse confie aux enquêteurs que : « c’était une façon de me faire du mal à moi, en passant par elle ». Samir B. a affirmé de son côté que son geste n’a pas été intentionnel et qu’il avait agi de la sorte sous l’effet de la colère.

En somme, le couple qui s’est marié en 2014 en Algérie était en conflit depuis plusieurs mois. Leur relation n’a pas cessé de se détériorer. L’épouse, Hawa B. a d’ailleurs déposé deux plaintes contre son mari pour violence et agression, après que ce dernier l’ait « giflée et étranglée », a-t-elle raconté. Le mis en cause a été mis par conséquent sous contrôle judiciaire pour violences conjugales. Les choses ont fini ainsi par prendre une autre dimension et la victime a été l’innocente fillette de ce couple.