La guerre des gangs prend ces derniers mois des proportions alarmantes dans la ville de Marseille. Une vingtaine d’individus ont trouvé la mort, tués par balles, suite à des règlements de compte entre groupes de dealers dans la ville du sud de la France. Cette fois, ce sont des policiers qui ont été attaqués par des individus armés à la kalachnikov.

En effet plusieurs policiers de la BAC Nord ont été la cible de tirs d’arme à feu dimanche 3 octobre dans un quartier du 15e arrondissement de Marseille, a rapporté le 4 octobre l’AFP policière. C’est dans ce même quartier qu’un homme de 26 ans a été abattu par balles , il y a trois semaines, dans ce qui a tout l’air d’un règlement de compte sur fond de trafic de stupéfiants.

Des policiers visés par des tirs de kalachnikov à Marseille

Les policiers menaient une opération anti-drogue dans le quartier sensible de La Bricarde quand les premiers coups de feu ont été tirés vers 16 h, ajoute l’AFP. « Ils ont dû se jeter par terre pour éviter les balles, dont plusieurs sont venues se ficher dans un mur contre lequel les agents étaient appuyés juste avant les tirs», a précisé la même source pour qui l’intention du ou des tireurs était bien «d’abattre des flics ». Les balles provenaient, semble-t-il, d’une Kalachnikov et d’une arme de poing. Plusieurs douilles de ces deux calibres ont très vite été retrouvées.

« C’est la Guerre dans les quartiers nord de Marseille »

Un homme a été interpellé et placé en garde à vue dans la foulée. Celui-ci venait de se débarrasser d’une paire de gants quand il a été appréhendé par les policiers, précise-t-on. « Là-bas c’est le business avant tout, la vie d’un policier ou d’un autre n’a aucune importance », s’est désolé au Figaro Rudy Manna, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance dans les Bouches-du-Rhône.

« C’est la Guerre dans les quartiers nord de Marseille », a-t-il écrit sur Twitter dans un message accompagné de plusieurs photos des véhicules de police endommagés et du matériel saisi aux délinquants.