Les propos d'Emmanuel Macron, tenus le 30 septembre dernier à l'Elysée lors d'une rencontre avec des descendants de protagonistes de la guerre d'Algérie, ont suscité une vague de colère en Algérie. Les autorités algériennes ont riposté par le rappel de l'ambassadeur algérien à Paris et l'interdiction de l'espace aérien algérien aux avions militaires français.

Le chef de l'État français avait notamment déclaré : « moi, je suis fasciné de voir la capacité qu’a la Turquie à faire totalement oublier le rôle qu'elle a joué en Algérie et la domination qu'elle a exercée. Et d'expliquer qu'on est les seuls colonisateurs, c'est génial. Les Algériens y croient ».

La Turquie réagit aux propos d'Emmanuel Macron sur l'Algérie

Ces propos ont fait réagir la Turquie par la voix d'Omer Celik, porte-parole du Parti de la Justice et du Développement (Ak Parti) du président Recep Tayyip Erdoğan. Omer Celik a déclaré, mardi 4 octobre lors d'une conférence de presse, dont les propos ont été rapportés par l'agence de presse officielle turque Agence Anadolu (AA) que « le président français Emmanuel Macron attaque la Turquie pour éviter de se confronter à l’héritage colonial de son pays ».

« L'Algérie demande à la France de se confronter à son passé colonial »

Le porte-parole du parti au pouvoir en Turquie a rappelé que « l’Algérie demande à la France de se confronter à son passé colonial, mais Macron accuse plutôt la Turquie en se référant à l’Empire ottoman ». Celik a assuré que les déclarations de Macron « ne peuvent pas être prises au sérieux et ne sont pas dignes d’un chef d’État ». Et de s’interroger : « si vous deviez faire une déclaration sur un pays en particulier, pourquoi mariez-vous le nom de la Turquie, de notre président et de l'Empire ottoman dans cette affaire ? »

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

« La déclaration de Macron est un manque de respect  pour l’Algérie »

L’homme, proche d’Erdoğan, juge que « la déclaration de Macron selon laquelle le peuple algérien et l’État algérien utilisent une rente mémoire est un manque de respect ». Il souligne enfin que « le peuple algérien a également sa dignité et son État, et le fait que Macron associe le processus de la création de l’Algérie en tant qu’État et nation au colonialisme français est une déclaration erronée et très offensante ».