Des dizaines de familles de harraga algériens se sont rassemblées, lundi 11 octobre 2021, devant le siège du ministère algérien des Affaires étrangères pour interpeller les hautes autorités du pays afin d’intervenir pour les aider à connaître le sort de leurs enfants.

Le phénomène de la migration clandestine (harraga) a atteint des pics alarmants depuis quelques semaines en Algérie. Le fléau ne date cependant pas d’aujourd’hui. Il a commencé il y a plusieurs années. Des jeunes et moins jeunes, hommes, femmes et enfants, ont toujours tenté de rejoindre le continent européen en empruntant des embarcations de fortune.

Ce n’est cependant pas tout le monde qui a réussit à arriver à destination. Plusieurs d’entre eux ont péri en mer ou ont été portés disparus, laissant les leurs dans une angoisse absolue. C’est le cas de ces nombreuses familles qui se sont rassemblées le lundi 11 octobre 2021 devant le siège du ministère algérien des Affaires étrangères, à Alger. Ces dernières étaient venues de différentes wilaya du pays. Elles affirment qu’elles n’ont plus de nouvelles de leurs enfants depuis plusieurs mois et demandent aux autorités de lancer des recherches afin de tenter de les trouver.

« Nos enfants sont emprisonnés en Espagne »

« Nous sommes ici pour chercher nos enfants qui sont sortis le 23 novembre 2020 de Boumerdès. Et depuis, ils n’ont plus donné aucun signe de vie », affirme un jeune qui a pris part à cette manifestation. Ce dernier affirme que les familles de ces harraga ont appris que leurs enfants étaient emprisonnés en Espagne.

« Nous, on est venu d’Oran. Nos enfants sont parti le 21 août dernier. Nous demandons au président de la République d’intervenir pour avoir des nouvelles d’eux. Nous voulons savoir s’ils sont vivant où morts », indique un autre père de famille à la chaine de télévision Ennahar. Même son de cloche chez un manifestant venu de la wilaya de Blida. Ce dernier a soutenu que des familles sont venues des wilayas de Tlemcen, de Mostaganem, de Annaba et d’autres. Ces gens réclament de connaitre le sort des harraga portés disparus.