Les mesures d’expulsion des locataires de leurs logements occupés d’une manière illégale sont en hausse ces dernières années en France. Souvent ce sont des locataires à faibles revenus ou en situation de précarité qui sont visés par ce genre de procédures.

Et parfois, ce sont même des ressortissants étrangers en situation irrégulière qui se retrouvent confrontés à des expulsions de leurs logements, comme c’est le cas de cet Algérien, sans-papiers, qui s'oppose à l'expulsion de son logement avant d'être interpellé par la police.

Tout a commencé dans la matinée du mardi 26 octobre, quand un huissier de justice se présente dans un logement de l'avenue du palais des expositions, dans la ville de Perpignan (Pyrénées-Orientales), pour procéder à l'expulsion d'un locataire, rapporte le quotidien français l’Indépendant.

Un sans-papiers algérien de 65 ans s’oppose à l’expulsion de son logement et tient tête à la police  

Mais l'homme, âgé de 65 ans, ne coopère pas : il barricade l'une des portes de la maison avec des barres de fer, et ferme le loquet de l'autre accès, alors que son chien, un berger malinois, se montre agressif, relate la même source.

Devant cette situation, les policiers perpignanais sont dépêchés sur place, ainsi qu'un serrurier, mais l'homme n'obtempère pas malgré la présence des éléments de la police. La porte du logement est finalement ouverte et les forces de l'ordre pénètrent dans les lieux, précise-t-on.

À lire aussi :  L'ancien DG de l'aéroport d'Alger à nouveau devant la justice

Le locataire, décrit comme hors de lui, s'oppose à son expulsion. Le sexagénaire a tenu tête aux forces de l’ordre. Il vient une première fois au contact des policiers, puis une deuxième, avant d'être, en fin de compte, interpellé, selon les faits relatés par la même source.

Après vérification, il s'avère que l'homme, ressortissant algérien, fait l'objet d'une fiche de reconduite à la frontière qui lui avait été notifiée. Le sans-papiers algérien a été placé en garde à vue, pour « entrave à une procédure d'expulsion forcée et rébellion », précise encore la même source qui ajoute que « son chien a été placé en fourrière ».