La réjouissance de la communauté algérienne à l'étranger, notamment en France, suite à la réouverture des frontières et à l'augmentation du nombre de vols internationaux risque d'être de courte durée. De nombreux Algériens de l'étranger ont peur que l'Algérie décide de réduire le nombre de vols, et peut-être même refermer les frontières.

En effet, les ressortissants algériens établis à l'étranger, particulièrement en France, risquent d'être déçus par l'évolution de la situation sanitaire en Europe. Plusieurs pays connaissent une nouvelle vague de contaminations au coronavirus, et cela donne des idées pas très agréables aux ressortissants algériens qui désespèrent de rentrer au pays pour voir leurs familles.

En fait, quand les autorités algériennes ont augmenté, le 28 août, le nombre de vols internationaux, beaucoup considérait cette décision comme une nouvelle étape vers une réouverture totale des frontières. Comme une nouvelle étape vers le rétablissement des vols réguliers en vigueur avant l'apparition de la pandémie au début de l'année 2020.

Nouvelle vague de Covid-19 en Europe

Visiblement, ce n'est pas vraiment le cas aujourd'hui, puisque une nouvelle vague touche sérieusement plusieurs pays d'Europe. Et cela fait peur outre-Méditerranée. La France enregistre quotidiennement plus de 5 000 contaminations au coronavirus. Les contaminations ont connu une hausse de plus de 50 % dans des pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas. En Italie, il s'agit d'une augmentation des contaminations de 37 %.

À lire aussi :  France-Algérie : Prix des vols en septembre 2022 avec ASL Airlines

Vers une nouvelle fermeture des frontières algériennes ?

Aujourd'hui, sur la base de la situation sanitaire en Europe, il est peu probable que l'Algérie décide d'augmenter le nombre de vols ou des traversées maritimes. Elle peut même aller vers une réduction des vols de et vers les pays européens les plus touchés par la nouvelle vague de contaminations. Et en tout état de cause, elle reste dans la liste orange de la France et de l'Union européenne, tant que la dégradation de la situation sanitaire reste en vigueur en Afrique du Nord.